Le retardateur de flamme PolyFR est largement utilisé pour permettre aux mousses isolantes de répondre aux normes anti-feu. Mais des chercheurs nous mettent aujourd’hui en garde contre les potentiels dangers qu’il représente pour la santé et pour les écosystèmes. © exclusive-design, Adobe Stock
Maison

Cette mousse dite écologique serait dangereuse pour l’Homme et l’environnement

ActualitéClassé sous :Bâtiment , isolation , retardateur de flamme

Dans le contexte de crise climatique, un effort particulier est apporté à l'isolation des bâtiments. Une manière efficace de réduire leur empreinte carbone. Mais certains matériaux utilisés pour améliorer les performances énergétiques de nos maisons, comme les mousses de polystyrène, peuvent s'avérer dangereux pour l'Homme et pour l'environnement. 

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] La Popup House : une maison passive montée en quatre jours  Monter une maison avec seulement un tournevis et des matériaux recyclés pourrait ressembler à de la science-fiction. Et pourtant c’est le pari que s’est fixé Multipod Studio avec la Popup House. Découvrez en vidéo le montage éclair de cette maison dans le sud de la France. 

Celui que l'industrie des isolants pour bâtiments appelle le PolyFR -- pour Polymeric Flame Retardant -- est de plus en plus largement utilisé depuis qu'un autre retardateur de flamme -- l'hexabromocyclododécane (HBCD) -- a été placé, en 2013, sur la liste des vingt polluants les plus dangereux au monde. Mais des chercheurs de l’université de Toronto (Canada) identifient aujourd'hui plusieurs moments de son cycle de vie qui peuvent poser problème, aussi bien aux Hommes qu'à l'environnement.

L'innocuité présumée du PolyFR repose sur le fait qu'il s'agit d'un polymère. Une grosse molécule a priori donc peu susceptible d'être libérée par la mousse isolante légère et bon marché qui la contient. Les chercheurs montrent pourtant que les risques de rejets dans l'environnement existent, tant pendant la fabrication qu'à l'installation ou au moment de l'élimination de l'isolant. Une autre étude a déjà montré que le polymère peut effectivement, une fois libéré et dans certaines conditions, se dégrader en composés chimiques nocifs.

Étudier les impacts avant la mise sur le marché

Le polyFR est en effet un polymère à base de butadiène et de styrène, tous les deux cancérigènes. Il fait par ailleurs partie de la famille des retardateurs de flamme bromés qui ont déjà été classés comme toxiques par le passé. Et face à la généralisation de son usage -- sa production s'élève désormais à 26.000 tonnes par an, surtout aux États-Unis --, les chercheurs appellent à des études qui pourraient préciser son réel impact sur les écosystèmes et la santé humaine.

Rendre les bâtiments et nos maisons plus économes en énergie est l'une des clés de la lutte contre la crise climatique. Mais il faut veiller à ce que l'opération ne se réalise pas au prix de l'émergence d'un nouveau problème. D'autant que des matériaux d'isolation alternatifs existent : des fibres minérales intrinsèquement ignifuges et qui ne nécessitent donc pas le recours à des retardateurs de flammes comme la laine de verre ou la laine de roche.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !