Boire du café pourrait limiter l’inflammation qui arrive naturellement avec l’âge. © al62, Fotolia

Santé

Le café préviendrait des maladies cardiovasculaires et limiterait l’inflammation

ActualitéClassé sous :prévention des cancers , Nutrition , Santé

Le café et la caféine permettraient de prévenir des maladies liées à l'inflammation et à l'âge, comme les maladies cardiovasculaires ou les démences. Ceci expliquerait pourquoi les buveurs de café ont tendance à vivre plus longtemps.

De nombreuses maladies liées au vieillissement sont associées à l'inflammation chronique : certains cancers, la maladie d'Alzheimer, les maladies cardiovasculaires.... Mais comment éviter l'inflammation quand on vieillit ? David Furman affirme dans un communiqué de l’université Stanford qu'« il est également bien connu que les apports en caféine sont associés à la longévité. Beaucoup d'études ont montré cette association. Nous avons trouvé une raison possible à cela. »

Les chercheurs de Stanford ont analysé les données de plus de 100 personnes de la cohorte Stanford-Ellison. Grâce aux prélèvements sanguins et aux antécédents médicaux des participants, ils ont montré que les plus âgés avaient des niveaux plus élevés d'une protéine inflammatoire, IL-1-bêta. Les personnes âgées qui avaient le plus d'IL-1-bêta présentaient aussi plus de risque d'hypertension, de durcissement des artères et de mortalité. Les chercheurs ont poursuivi leur étude chez la souris : en injectant des molécules qui augmentaient la production d'IL-1-bêta, ils ont accru l'inflammation et l'hypertension, montrant le lien entre la protéine inflammatoire et la santé cardiovasculaire.

Moins d’inflammation chez les buveurs de café

Mais ce n'est pas tout. Le mécanisme d'inflammation n'était pas présent de la même façon chez toutes les personnes âgées : l'inflammation (évaluée grâce à IL-1-bêta) était moindre chez les buveurs de boissons caféinées. Des expériences sur des cellules immunitaires mises en présence de caféine ont confirmé le rôle anti-inflammatoire de la molécule. D'après l'un des chercheurs, Mark Davis, qui s'exprime dans Live Science, les résultats obtenus par son équipe expliqueraient pourquoi la consommation de caféine est corrélée à une pression sanguine faible.

Voici donc une nouvelle preuve des bénéfices du café sur la santé. La réduction de l'inflammation chronique chez les personnes âgées pourrait aider à prévenir des maladies liées à l'âge, comme l'hypertension et d'autres problèmes cardiovasculaires.

Pour en savoir plus

Inoffensive pour la santé, la caféine protègerait contre des maladies

Article de Wahington-AFP, paru le 4/04/2015

Le café, dont les effets ont longtemps été controversés, est le plus souvent inoffensif pour la santé et pourrait avoir des effets protecteurs contre les maladies cardiovasculaires, Alzheimer, Parkinson ou le diabète, même s'il est décaféiné. Ce sont les conclusions de nombreuses études publiées dans le monde ces dernières années.

En février, un comité d'experts indépendants du gouvernement américain qui fait des recommandations tous les cinq ans pour le guide diététique aux États-Unis a conclu que la plupart du temps, le café n'était pas néfaste pour la santé. Une première.

« Nous avons examiné toutes les études et rien n'indique des effets nocifs du café sur la santé avec une consommation modérée de trois à cinq tasses par jour », ou 500 milligrammes au plus de caféine, explique Miriam Nelson, professeure de nutrition à l'Université Tufts à Boston, un des membres de ce comité. « En fait, nous avons constaté une réduction du risque de maladies cardiovasculaires, de Parkinson, de diabète et de certains cancers », de la prostate et du sein, ajoute-t-elle dans un entretien avec l'AFP. « Les résultats sont solides et c'est une bonne nouvelle pour les buveurs de café », estime la professeure Nelson.

Tom Brenna, professeur de nutrition et de chimie à l'Université Cornell à New York, également membre de cette commission d'experts, insiste pour ne pas trop exagérer les bienfaits du café, car le mécanisme d'action reste indéterminé. « Ce serait une mauvaise idée de dire au public que le café peut guérir le cancer », dit-il à l'AFP. Ce que la commission a constaté en analysant les nombreuses études passées, c'est que « boire quotidiennement de trois à cinq tasses de café n'a aucune conséquence négative sur la santé de la population générale. Cette boisson semble même avoir certains effets protecteurs », ajoute-t-il.

En revanche, les femmes enceintes devraient peut-être se limiter à 200 milligrammes de caféine par jour, par précaution, soit deux tasses, souligne le nutritionniste. Mais, ajoute-t-il, rien dans toutes ces études n'indique que le café est lié à des naissances prématurées.

Quelles différences y a-t-il entre l’Arabica et le Robusta ? Quelle est la durée de vie d’un caféier ? Quelle quantité de café produira-t-il ? Pourquoi la torréfaction libère-t-elle les arômes ? Quelles sont les propriétés du café pour la santé ? C’est pas sorcier, le magazine de la découverte et de la science répond à ces questions. © C’est pas sorcier, YouTube

Une aide à la prévention de la maladie de Parkinson

Pour la professeure Nelson, il faudrait également faire davantage de recherches sur les effets des boissons caféinées populaires chez les adolescents et les jeunes adultes pour déterminer les niveaux de toxicité de la caféine. Elle souligne aussi le risque de consommer des calories supplémentaires, surtout aux États-Unis, où souvent on ajoute de la crème et du sucre dans le café. Ces deux scientifiques s'accordent à dire que les bienfaits du café, dont les grains contiennent plus de 1.000 molécules différentes, vont au-delà de la caféine et pourraient bien s'expliquer par les antioxydants comme les polyphénols, également présents dans le vin rouge et le cacao. Cela pourrait expliquer les résultats d'une récente étude menée avec 25.000 hommes et femmes en Corée du Sud indiquant que ceux qui boivent de trois à cinq tasses de café par jour ont des artères plus propres, avec moins de plaques de cholestérol responsables des maladies cardiovasculaires.

En revanche, les effets préventifs du café contre la maladie de Parkinson, déjà observés dans une étude en 2000, indiquent clairement le rôle de la caféine dont l'action sur certains récepteurs du cerveau est bien connue, précise le professeur Brenna. Des études ont également révélé un lien entre le café et une moindre incidence de la maladie d’Alzheimer ou de la sclérose en plaques. Des travaux de chercheurs de l'Université de Harvard en 2011 montraient une réduction de 20 % du risque de dépression chez les femmes buvant au moins quatre tasses par jour de café décaféiné.

Une vaste étude parue en 2006 portant sur 90.000 femmes aux États-Unis indiquait une réduction relative du risque de devenir diabétique en buvant de deux à trois tasses de café par jour, qu'il soit décaféiné ou non. Enfin, une recherche des instituts américains de la santé (NIH) effectuée sur 400.000 hommes et femmes de 50 à 71 ans aux États-Unis montre une réduction de 10 % de la mortalité de toute cause, sauf du cancer, chez ceux buvant plusieurs tasses de café par jour.

Interview : la génétique pourrait-elle inverser le vieillissement ?  Ralentir le vieillissement, voire l’inverser, voilà ce que pourrait offrir la génétique dans les années à venir. Mais où en est actuellement la recherche sur ce sujet ? Futura-Sciences a interviewé Vera Gorbunova, chercheuse en biologie, lors de son allocution à TEDxCannes, afin d’en savoir plus.