Mots-clés |
  • structure de la Terre,
  • croûte terrestre,
  • Volcanologie

Volcan

PDF

Un volcan est un orifice de la croûte terrestre d'où s'échappent, lors des éruptions, de la lave (constituée de magma), des gaz (dioxyde de soufre, gaz carbonique, azote, par exemple) et des cendres.

L'étude des volcans est la volcanologie ou vulcanologie. L'activité volcanique est l'une des manifestations de l'activité interne de la Terre due à l'énergie emmagasinée en son sein (voir « volcanisme »).

Les volcans sur Terre et dans l'espace

Sur Terre, il existe environ 600 volcans en activité sur les continents, 1.300 si l'on y ajoute ceux du fond des mers. Le plus grand volcan du système solaire est le mont Olympus sur Mars. Certains volcans sont considérés comme éteints, d'autres dorment et peuvent voir leur activité reprendre.

On distingue traditionnellement différents types de volcans selon leur forme :

  • les volcans hawaïens (de Hawaï), très plats, d'où s'échappent, seulement par effusion, des laves très fluides ;
  • les volcans stromboliens (du Stromboli, en Italie), à cônes pointus, formés par accumulation de débris et par des coulées de lave ;
  • les volcans vulcaniens (de Vulcano, en Italie), formés par accumulation de débris explosifs ;
  • les volcans péléens (de la montagne Pelée en Martinique), à lave très visqueuse qui tend à former des aiguilles en s'élevant au travers des fissures des extrusions précédentes. Leur éruption sous l'effet de la poussée des gaz donne lieu au phénomène de nuée ardente, ou éjection de poussières en fusion ;
  • les volcans formés par des fissures.

La morphologie de l'appareil volcanique (taille et pente du cône et du cratère) résulte de l'accumulation de matériaux émis lors des éruptions, et dépend notamment des propriétés de la lave, et des conditions internes de pression, qui peuvent du reste évoluer au cours de l'activité du volcan. De faibles variations de la composition de la lave peuvent se traduire par des propriétés très différentes, notamment pour la viscosité. Les éruptions volcaniques peuvent être explosives, lorsque la pression exercée par les gaz éjecte des fragments de magma plus ou moins solidifié avec des cendres et des scories.

Des prévisions d'éruptions peu fiables

L'activité volcanique est extrêmement difficile à prévoir ; leur étude ne dispose du reste que de peu de données, à cause de la disproportion entre la durée moyenne qui sépare deux éruptions et la durée de vie humaine. Les recherches portent notamment sur l'évaluation des réserves de magma retenues en profondeur (à 10 km sous la surface environ) et qui s'écoulent par divers filons, fissures et conduits. Les conséquences d'une explosion sont liées à l'importance des réservoirs de magma. Des émissions de gaz et d'autres signes avant-coureurs de la remontée du magma peuvent être exploités par des réseaux de surveillance des volcans actifs.

L'étude des affleurements d'anciens systèmes volcaniques éteints et érodés renseigne également sur les mécanismes en jeu dans la période d'activité.

Le volcan costaricien Arenal culmine à 1.720 m d'altitude. Il se distingue par la présence de cinq cratères à son sommet (notés A à E). Il n'est plus entré en éruption depuis 1968. © dbearth, Flickr, cc by 2.0 Le volcan costaricien Arenal culmine à 1.720 m d'altitude. Il se distingue par la présence de cinq cratères à son sommet (notés A à E). Il n'est plus entré en éruption depuis 1968. © dbearth, Flickr, cc by 2.0

Volcan - 1 Photo


connexes

Vos réactions

Chargement des commentaires