Tech

Permis de conduire : les nouvelles règles pour les diabétiques et les malades d’Alzheimer

ActualitéClassé sous :voiture , maladie d'Alzheimer , Diabetes

Futura avec l'agence ETX Daily Up

Les pouvoirs publics ont mis à jour la liste des affections médicales incompatibles ou compatibles avec l'obtention, le renouvellement ou le maintien du permis de conduire. Un texte qui aborde notamment le cas des pathologies neuro-évolutives.

Cela vous intéressera aussi

Une nouvelle liste des affections médicales compatibles ou non avec la conduite ainsi qu'à l'obtention du permis de conduire vient d'être publiée au Journal Officiel. Ce texte apporte notamment aux médecins des définitions plus précises des aptitudes et inaptitudes à la conduite d'une voiture.

Aujourd'hui, les incompatibilités à la conduite les plus fréquemment rencontrées sont l'épilepsie, les problèmes de vision importants, les troubles cognitifs et les pathologies cardiaques les plus lourdes. Sans compter évidemment tout ce qui touche aux addictions à l'alcool et à divers produits stupéfiants.

Moins de contraintes pour certaines pathologies

Cet arrêté rappelle que nul ne peut prendre la route s'il n'est pas en état de conduire. De fait, les conducteurs atteints des affections référencées doivent solliciter l'avis d'un médecin agréé s'ils souhaitent continuer à conduire. Dans le cas où ils s'apprêtent à passer leur permis, ils doivent solliciter l'avis d'un médecin au moment de leur inscription. Le médecin agréé, chargé de donner son avis sur l'impossibilité temporaire ou définitive de conduire, devra de son côté remplir le formulaire administratif adéquat (Permis de conduire - Avis médical).

Bonne nouvelle, les personnes souffrant d'un diabète dont le traitement ne génère pas de risque d'hypoglycémie ne sont plus soumises, pour la conduite des véhicules légers à un contrôle médical, jusque-là obligatoire, par un médecin agréé. A noter aussi que, ces dernières années, des innovations technologiques ont accru les possibilités d'aménagements des véhicules et d'appareillage des conducteurs ayant des incapacités locomotrices lourdes. En revanche, les personnes atteintes de pathologies neuro-évolutives, comme la maladie d'Alzheimer, et présentant des premiers troubles cognitifs ne doivent plus conduire.

Pour rappel, tout conducteur doit déclarer les pathologies et incapacités physiques dont il est atteint, celles en tout cas susceptibles d'altérer sa conduite, puis passer les visites et examens médicaux requis. De fait, un conducteur responsable d'un accident qui n'aurait pas déclaré son incapacité à conduite ne sera pas couvert par son assurance.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !