Face à l’arrivée d’un Ryzen 7000 cadencé à 5,7 GHz chez AMD, Intel annonce son nouveau processeur Raptor Lake. La puce disposera d’une fréquence de 6 GHz. Ce déferlement de puissance est-il bien nécessaire ?

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Interview : en quoi un ordinateur quantique est-il différent ? Le monde quantique est fascinant : à cette échelle, par exemple, les objets peuvent se trouver simultanément dans plusieurs états. Exploitant ce principe, un ordinateur quantique aurait des possibilités bien plus vastes qu’un modèle classique. Dans le cadre de sa série de vidéos Questions d’experts, sur la physique et l’astrophysique, l’éditeur De Boeck a interrogé Claude Aslangul, professeur à l’UPMC, afin qu'il nous explique le fonctionnement de cette étrange machine.

Nous sommes en 2022 et alors que l'on croyait que la course aux GHz était terminée depuis l'arrivée des processeurs multicœurs, la compétition semble toujours en cours. Pour cette bataille, les deux adversaires principaux sont toujours les mêmes, AMD et Intel. Alors que le premier vient tout juste d'annoncer l'arrivée de nouvelles puces Ryzen 7000 cadencées à 5,7 GHz, Intel révèle son Raptor Lake.

Cette treizième génération de processeurs culmine à 6 GHz et le fondeur s'est senti obligé de dévoiler cette nouveauté en réponse à AMD. Il a tout de même conservé sous le sceau du secret l'essentiel des caractéristiques de cette puce. Le journaliste Paul Alcorn de Tom’s Hardware était présent lors de cette annonce et il pu collecter quelques chiffres clés. Ainsi, le Raptor Lake disposerait une augmentation des performances sur un thread unique de 15 %. En fonctionnement « multithread », ce chiffre atteindrait les 41 % par rapport au modèle précédent.

Une course à l’échalotte ?

Alors, est-ce que ces 5,7 ou 6 GHz sont véritablement importants aujourd'hui ? Pas vraiment... Il s'agit en réalité de séduire l'utilisateur avec un message fort et simple qui se concentre sur la seule puissance. Il est étonnant de constater que cela fonctionne toujours mais c'est pourtant le cas.

À ce petit jeu, c'est Intel qui l'emporte avec un chiffre rond. Mieux encore, en faisant baigner la puce dans de l'azote liquideliquide, le constructeur a pu montrer qu'il est possible de « l'overclocker » jusqu'à 8 GHz. Cela ne sert à rien, mais la démonstration de puissance marque l'esprit. C'est pourquoi, selon différents analystes, cette puce Raptor Lake n'est que de l'esbrouffe face à celle d'AMD.

La vraie révolution devrait provenir du futur Meteor Lake d'Intel. Ce processeur dont l'architecture a été totalement repensée devrait débarquer en théorie l'an prochain. En théorie ! car comme le fondeur n'est pas certain de maintenir ces délais, il préfèrerait conserver son assise sur le terrain avec ce Raptor Lake. Ce dernier devrait être lancé à la fin de l'année, alors que le Ryzen 7000 débarque à la fin du mois.