Quand la neurologie croise la fashion technologie. © Anouk Wipprecht
Tech

Cette robe se transforme en fonction de votre humeur

ActualitéClassé sous :Tech , Interface cerveau-machine , vêtement connecté

Grâce à son serre-tête composé de 1.204 électrodes, ce vêtement analyse les ondes cérébrales et change d'aspect en fonction du stress ou de la bonne humeur. La robe Pangolin Scales BCI+ est la vedette du Festival Ars Electronica qui se tient cette semaine à Linz, en Autriche.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Pliez votre robe virtuellement pour mieux l'imprimer en 3D  Que faire lorsque l’on veut imprimer d’une traite un objet en 3D mais qu’il est trop grand pour entrer dans l’imprimante ? La solution : l’imprimer plié. Découvrez en vidéo cette technique surprenante développée par Nervous System, une entreprise américaine. 

En 2020, le mot « pangolin » rime forcément avec coronavirus, et pourtant une designer, spécialisée dans les vêtements intelligents, a décidé de donner ce nom à sa robe du futur. Néerlandaise, l'artiste Anouk Wipprecht a imaginé un vêtement qui change d'aspect selon votre humeur. Si vous êtes calme, ce sera un violet pastel. Si vous êtes stressé, des lumières scintillent, des petits éléments robotisés apparaissent et s'agitent.

Imprimée en 3D, cette robe « robotisée » fonctionne avec une sorte de large serre-tête qui vient se positionner sur le haut du crâne. Cette interface cerveau-machine (BCI pour Brain-Computer Interface), qui rappelle évidemment Neuralink, se compose de plus de 1.200 capteurs d'électroencéphalographie ressemblant à des écailles. D'où le nom de Pangolin. Au bout, 64 circuits imprimés directement reliés à la robe.

Des vêtements qui sont un prolongement de la personne

L'ensemble donne l'allure d'un cyborg, et chaque signal neurologique détecté par ce « casque » actionne l'une des 64 écaillés posées sur la robe, et comme l'humeur de chacun est individuelle, l'aspect de la robe est unique et propre à chaque personne. L'autre performance est d'avoir réussi à créer une robe qui reste fine et légère avec une structure de 3 mm d'épaisseur en nylon.

Présentée cette semaine au Festival Ars Electronica, en Autriche, la Pangolin Scales BCI+ a été créée en collaboration avec l'Institut des circuits intégrés de l'Université Johannes Kepler de Linz et la société de neurotechnologie G.tec. Elle n'a pas vocation à être vendue, mais il s'agit pour sa créatrice de donner un premier aperçu des vêtements de demain qui permettront d'accroître les interactions entre les personnes et leur environnement. C'était déjà la base de son précédent projet avec une robe « araignée » équipée de capteurs qui s'animait lorsqu'une personne s'approche de trop près. Idéal en cette période de distanciation sociale.

Grâce à ses capteurs, la robe araignée active ses pattes lorsque quelqu'un s'approche trop près. © Anouk Wipprecht
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !