La Nasa se lance dans l’exploration des volcans de la Terre à l’aide d’un mini robot capable de se faufiler dans les crevasses par lesquelles circule le magma. L’objectif : élaborer une modélisation en 3D des entrailles d'un volcan afin de mieux comprendre les mécanismes d’une éruption. L’agence spatiale nord-américaine compte utiliser ces données pour de futures explorations de volcans extraterrestres.
Cela vous intéressera aussi

La NasaNasa cherche à mieux comprendre les volcans et en particulier les éruptions. Pour cela, une équipe du Jet Propulsion Laboratory (JPL) a développé des robots motorisés capables de se glisser dans les crevasses d'un volcan par lesquelles le magmamagma en fusionfusion remonte à la surface.

L'objectif des VolcanoBot est de créer une cartographie 3D des crevasses d'un volcan. « Nous ne savons pas exactement comment se passe une éruption volcanique. Nous disposons de modèles mais qui sont très, très simplifiés. Ce projet a pour but de rendre ces modèles plus réalistes », explique Carolyn Parcheta, stagiaire postdoctoral qui travaille sur ce projet au JPL. Une première mission a eu lieu en mai dernier. Elle s'est déroulée à Hawaï, dans les entrailles du volcan Kilauea qui est l'un des plus actifs au monde

Monté sur deux roues, le VolcanoBot 1 mesure 30 cm de long pour 17 cm de haut. D'aspect rudimentaire, il intègre un capteurcapteur de vision en 3D PrimeSense (propriété d'Apple), semblable au Kinect de Microsoft. Relié à la surface par un câble, le robotrobot est descendu à 25 m de profondeur en modélisant son environnement. Il faut savoir que le projet du Jet Propulsion Laboratory est arrivé en finale de la campagne Expedition Granted organisée par National Geographic.

À droite, la première version du VolcanoBot qui est descendue à 25 m de profondeur dans deux crevasses du volcan Kilauea (Hawaï). À gauche, le VolcanoBot 2, plus compact, qui tentera de s’enfoncer plus loin lors d’une nouvelle mission programmée en mars. © Nasa, JPL-Caltech

À droite, la première version du VolcanoBot qui est descendue à 25 m de profondeur dans deux crevasses du volcan Kilauea (Hawaï). À gauche, le VolcanoBot 2, plus compact, qui tentera de s’enfoncer plus loin lors d’une nouvelle mission programmée en mars. © Nasa, JPL-Caltech

Un VolcanoBot 2 déjà prêt

Mais quel est le rapport entre la Nasa et la volcanologie ? L'agence spatiale explique qu'elle compte se servir des volcansvolcans terrestres comme d'un terrain d'entraînement en vue de pouvoir, un jour, envoyer des VolcanoBot explorer des volcans extraterrestres, notamment sur la LuneLune ou Mars. « Sur la TerreTerre et sur Mars, les crevasses sont les caractéristiques physiquesphysiques les plus courantes à partir desquelles le magma jaillit », détaille Carolyn Parcheta. Et d'ajouter que ce constat s'applique aussi aux anciens volcans présents sur la Lune, MercureMercure, EnceladeEncelade ou encore Europe.

En attendant, la Nasa prépare sa campagne. En mars prochain, une nouvelle version du VolcanoBot, plus compacte (25 cm de long, des roues de 12 cm de diamètre), redescendra dans le volcan KilaueaKilauea pour tenter de s'enfoncer plus profondément. Les résultats de ces explorations devraient également contribuer à améliorer la précision des signes annonciateurs d’une éruption et ainsi aider à une meilleure évaluation des risques.