Tech

Sony présente – encore – un écran souple

ActualitéClassé sous :informatique , Sony , écran souple

Le constructeur japonais vient de montrer un nouveau prototype d'écran Oled si souple qu'il s'enroule sur lui-même. Un pas de plus pour une technologie toujours en devenir mais activement explorée...

Un écran si fin et si souple qu'il pourrait être enroulé autour d'un stylo. (Vidéo de Sony)

Installé sur un cylindre de quelques millimètres de diamètre entraîné par un moteur électrique, cette feuille de plastique s'enroule et se déroule alors que, à la manière d'un écran, elle affiche des images et des vidéos : c'est le spectacle organisé par Sony à l'exposition SID (Society for Information Display), qui se tient actuellement à Seattle.

En 2007, le constructeur japonais avait déjà montré au SID un écran flexible constitué d'un film très fin (0,3 millimètre d'épaisseur) portant des circuits Oled (organic light-emitting diode, diodes électroluminescentes organiques). De petite taille (2,5 pouces de diagonale, soit 6,35 centimètres), il affichait une image de 180 par 120 pixels avec une résolution de 80 pixels par pouce en 16 millions de couleurs. Relative, sa flexibilité permettait seulement de le courber.


Une démonstration du prototype de Sony : un écran Oled capable de s'enrouler autour d'un axe de quelques millimètres tout en affichant des images animées de 432 par 240 pixels. Les transistors organiques sont appliqués sur un support plastique très fin. (Vidéo de Sony, commentaire de IDG News.)

Bientôt des rouleaux de papyrus électronique ?

Cette année, Sony fait mieux. S'il s'enroule plus facilement, c'est qu'il est nettement plus fin : 80 micromètres seulement. Il est aussi plus grand, avec une diagonale de 10,41 centimètres (4,1 pouces), et affiche 432 par 240 pixels, soit 221 pixels par pouce, toujours en 16 millions de couleurs. Selon Sony, cette fine feuille supporterait un millier d'enroulements et de déroulements sans dégradation d'affichage. Il faudra donc sans doute améliorer le procédé pour augmenter la durée de fonctionnement.

Plusieurs fabricants, Agfa-Gevaert, HP, Philips, Samsung..., des laboratoires (Institut Max Planck en Allemagne par exemple) et même un groupe audiovisuel japonais (NHK), cherchent à mettre au point ce genre d'écran souple, encore appelé papier électronique. Les applications restent à la fois nombreuses et imprécises. On pense à des écrans de plus grande taille pour des appareils mobiles, que l'on enroulerait avant de ranger l'engin dans la poche ou le sac à main. Certains imaginent du papier électronique fabriqué aussi facilement que son homologue en cellulose. C'est le cas de NHK. Si le coût de fabrication se révèle faible, ce qui semble être le cas, bien des gadgets peuvent être envisagés...

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi