Des chercheurs ont créé une encre vivante en reprogrammant des bactéries E. coli. © NIAID
Tech

Cette encre vivante 3D pourrait révolutionner la médecine et la conquête spatiale

ActualitéClassé sous :impression 3D , technologie , nanofibres

-

Des chercheurs sont parvenus à créer une encre vivante pour l'impression 3D en reprogrammant des bactéries E. coli. Cette bio-encre pourrait produire des médicaments ou créer des matériaux de construction autoréparants.  

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Une nouvelle résine d’impression 3D ultrarésistante et flexible  L’impression 3D est une technologie assez récente qui fait chaque jour de nouveaux progrès. L'entreprise Formlabs a ainsi développé un nouveau type de résine ultrarésistante. Aussi solide que l’ABS, elle est capable de résister à de fortes contraintes mécaniques, comme on peut le voir durant cette vidéo. 

La bio-impression est un procédé récent qui permet de créer des matériaux vivants en utilisant des bio-encres et l'impression 3D. Des chercheurs de l'université de Harvard et le Brigham and Women's Hospital viennent de mettre au point une nouvelle « encre microbienne » très prometteuse. Leur article publié dans la revue Nature Communications détaille leur découverte.

Les chercheurs ont choisi une nouvelle approche, en utilisant la bactérie Escherichia coli. Ils sont parvenus à programmer le microbe afin d'assembler des monomères de protéines pour créer des nanofibres, qui sont ensuite organisées en réseaux. En les combinant avec d'autres ingrédients, ils ont pu obtenir un hydrogel extrudable, utilisable avec une imprimante 3D.

Une encre microbienne pour des matériaux autoréparants

Les chercheurs ont également inclus dans leur encre 3D d'autres microbes E. coli, cette fois programmées pour produire d'autres éléments. Cela leur permet d'imprimer des objets vivants avec des propriétés particulières. Ainsi, ils ont pu imprimer des matériaux qui produisent de l'azurin, un médicament anticancer, en présence de certains produits chimiques ou encore qui piège le perturbateur endocrinien bisphénol A, présent dans l'environnement sans avoir besoin d'autres produits.

Selon les chercheurs, cette encre vivante pourrait se reproduire. Elle pourrait ainsi être utilisée pour créer des matériaux de construction autoréparants là où le transport de matériaux bruts est compliqué, par exemple dans l'espace ou encore sur la Lune ou sur Mars.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !