Le drone Morfius est polyvalent et peut être lancé à partir du sol, par un bateau, ou d'un avion et même d'un hélicoptère. © US Army
Tech

Les ondes à haute fréquence, l'arme ultime contre les essaims de drones

ActualitéClassé sous :Guerre du futur , drone , drone tueur

-

Développé par Lockeed Martin, Morfius est un drone intercepteur. Dans son nez, il dispose d'une charge utile capable d'émettre des ondes électromagnétiques à haute fréquence pour neutraliser des drones adverses.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] L'armée américaine teste une escadrille de 103 mini drones autonomes  Aux États-Unis, le département de la Défense a testé avec succès un groupe de 103 microdrones largués depuis trois avions de combat. Mus par une intelligence artificielle, ces petits engins de 16 centimètres de long ont démontré leur capacité à voler en formation et à prendre des décisions pour s'adapter aux circonstances. 

Voici le Morfius, il s'agit de ce que l'on appelle un C-UAS (Counter-Unmanned Aerial Systems), autrement dit un drone tueur de drones. Plutôt que d'embarquer des munitions, il exploite un canon à ondes à haute fréquence pour neutraliser la totalité d'un essaim de drones, par exemple. La charge électromagnétique se trouve à l'avant de l'aéronef. L'appareil reprend la forme d'un avion avec un empennage en V dirigé vers le bas et une hélice propulsive à l'arrière. Développé par Lockeed Martin, le drone est construit par Areai. Il repose sur la cellule de l'Altius 600 du constructeur.

Cela fait dix ans que Lockheed Martin planche sur ce drone d'interception. Il cumule les avantages puisqu'il peut tout aussi bien être lancé d'un véhicule terrestre -- comme un lanceur à tubes--, maritime ou bien d'un autre aéronef (avion, hélicoptère). Dans ce dernier cas, il peut prolonger le rayon d'action puisqu'il dispose d'une autonomie de quatre heures pour 440 km.

Un multiplicateur de force

Le Mofius sait également revenir à sa base pour être réemployé et peut porter différents types de charge utile. Lorsqu'il s'approche de sa cible, il peut dépasser les 120 km/h. Le seul souci, c'est que l'impulsion électromagnétique déchargée sur la cible, ne sait pas encore faire la différence entre les drones ennemis et alliés qui pourraient évoluer à proximité. Un problème sur lequel les scientifiques de Lockeed Martin seraient en train de plancher actuellement.

Pour le moment, l'avionneur américain n'a passé aucun contrat avec quiconque pour ce Morfius. Il cherche à attirer les militaires avec ce projet qu'il a développé sur ses propres fonds.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !