Comment décrypter le chiffre ADFGX ? © DP

Sciences

Cryptologie : qu’est-ce que le chiffre ADFGX ?

Question/RéponseClassé sous :Mathématiques , histoire , cryptologie

Au printemps 1918, libéré du front est, les Allemands reprennent l'offensive à l'ouest. Le haut commandement allemand ayant compris que ses chiffres n'étaient guère secrets décida d'en changer avant le jour de la grande offensive. Le nouveau chiffre fut appelé ADFGX par les Français car il n'utilisait que ces lettres.

Pour éviter les confusions à la réception, le nouveau chiffre allemand n'utilisait que cinq lettres, très éloignées en code morse : A, D, F, G et X. En disposant les 25 lettres de l'alphabet (en confondant le I et le J) dans un carré de côté 5, on peut les désigner par un couple de ces cinq lettres. Ce carré constitue la clef d'une substitution alphabétique et peut être rempli à l'aide d'une phrase. Ici : Geheimschrift der Funker.

Ainsi, A est codé FX (ligne et colonne de A dans le carré). Pour « Attaquez demain à quatre heures », nous obtenons : FX DX DX FX GX FD AD XX FA AD AX FX AG FF FX GX FD FX DX DF AD AF AD FD DF AD DA. On opère alors une transposition dont la clef est un mot comme « nébuleux », comme dans le chiffre Übchi.

Nous écrivons alors les colonnes dans l'ordre donné par la seconde ligne du tableau et groupons les lettres par cinq pour obtenir le message chiffré :

DFAFF AAXXA GDDFX DXXXD ADAAF DADFG FAFAD XDDFX FDFXF GDFGX XXXFD X

Nous écrivons alors les colonnes dans l'ordre donné par la seconde ligne du tableau et groupons les lettres par cinq pour obtenir le message chiffré :

DFAFF AAXXA GDDFX DXXXD ADAAF DADFG FAFAD XDDFX FDFXF GDFGX XXXFD X

Le décryptement du système ADFGX

Le système ADFGX a été utilisé à partir du 5 mars 1918. Les messages allemands sont alors devenus indécryptables pour les Français. Même s'il était évident que les Allemands allaient attaquer, l'état-major ne savait pas où. L'offensive du 21 mars fut donc une surprise, suivie par plusieurs attaques qui, progressivement, asséchaient les réserves françaises. Alors qu'au départ, elles étaient échelonnées à l'arrière dans tous les endroits probables d'attaques allemandes, il fallait maintenant choisir où les disposer.

Heureusement, le 5 avril, Georges Painvin réussit à décrypter le système. Malgré la méfiance allemande, la chance lui sourit le 4 avril, quand il reçut deux messages ayant de fortes similarités, qui lui permirent d'accéder à la longueur de la seconde clef.

En savoir plus sur Hervé Lehning

Normalien et agrégé de mathématiques, Hervé Lehning a enseigné sa discipline une bonne quarantaine d'années. Fou de cryptographie, membre de l'Association des réservistes du chiffre et de la sécurité de l'information, il a en particulier percé les secrets de la boîte à chiffrer d'Henri II. 

Le dernier livre d'Hervé Lehning :

À découvrir également : L'univers des codes secrets de l'Antiquité à Internet, paru en 2012 chez Ixelles.