La recherche de correspondances entre sons musicaux et couleurscouleurs a été à l'origine de la mise au point d'instruments produisant simultanément des sons et des couleurs. 

© Geralt - Domaine public

© Geralt - Domaine public
<br />Alexander Rimington et son orgue à couleurs en 1912. Sous son image : les douze couleurs qu’il associait aux douze notes de la gamme chromatique. © Domaine public


Alexander Rimington et son orgue à couleurs en 1912. Sous son image : les douze couleurs qu’il associait aux douze notes de la gamme chromatique. © Domaine public 

Le précurseur est le père Castel qui mit au point un clavecin oculaire en 1740. Parmi la vingtaine d'instruments qui ont été construits par la suite, on peut citer l'orgue à couleurs de Rimington (1893), le piano optophonique de Baranoff Rossiné (1915) le Clavilux de Wilfred (1922), l'optophone d'Hausmann (1922), le lumigraph de Blanc-Gatti (1934), le sonoscope de Gertsner (1960), le piano à couleurs de Paquette (1994).

Précisons que l'orgue à couleurs de Rimington produisait des sons en même temps qu'il projetait des lumièreslumières colorées d'intensité variable grâce à des rhéostats. En revanche, le piano optophonique de Wladimir Baranoff Rossiné n'émettait pas de sons mais projetait sur un écran des taches colorées et mouvantes pour accompagner la musique. Par ailleurs, Peter Keene a reconstitué l'optophone de Raoul Hausmann en 2004 avec des composants modernes : LedLed, photomultiplicateurs, synthétiseurs analogiquesanalogiques, etc.

L'ordinateurordinateur peut aussi produire facilement des couleurs en même temps que des formes variées et animées. Ainsi, pour terminer cette incursion simultanée dans les mondes des sons et des couleurs, écoutez l'auteur de ce dossier jouer le début de la première Arabesque de Debussy sur fond de formes mouvantes et colorées.


Arabesque n° 1 de Debussy interprétée par Bernard Valeur et accompagnée de couleurs générées par un Macintosh Apple. © B. Valeur