Sciences

Conception d'un catamaran des airs

Dossier - Le catamaran des airs
DossierClassé sous :Aéronautique , catamaran , air

-

Le catamaran T est un drone dirigeable autonome, gonflé à l'hélium (gaz inerte et ininflammable), au concept nouveau (brevet international), capable de couvrir une multitude de missions dans les domaines civil et militaire.

  
DossiersLe catamaran des airs
 

La conception d'un catamaran des airs s'avère relativement simple et très rapide :

Le client fournit les caractéristiques des charges utiles (caméra sur tourelle gyrostabilisée, capteurs, dispositif de relayage de télécommunication, etc.). Ensuite, le constructeur (Gates Technology) intègre mécaniquement et électroniquement cette charge utile au châssis du catamaran des airs.

Ensuite, différents profils et tailles d'enveloppes ainsi que différents types de propulsion en fonction des applications désirées et la masse de la charge utile sont proposés. Vient ensuite l'étape de la définition des dispositifs de communication dédiés au pilotage et ceux destinés à contrôler la charge utile.

Si le client ne dispose pas de logiciel sol permettant de contrôler la charge utile, le constructeur réalise à partir de son atelier de développement logiciel des modules applicatifs destinés à l'opérateur (second PC portable fourni par le client) pour le contrôle de la charge utile.

Intégration du système complet, tests.

© Photos Gates - Tous droits de reproduction interdit

1 - Pilotage

Un des principaux objectifs s'articule autour de la notion d'accessibilité à tous. Cette notion, dans le cadre du pilotage du PA-MCMM, signifie que la personne qui aura en charge la mise en oeuvre et le contrôle du PA-MCMM ne nécessitent aucune connaissance préalable sur le pilotage d'aéronef. En effet, le pilotage du porteur autonome reste relativement simple car son comportement est géré automatiquement par l'avionique embarquée et son contrôle se résume par l'action simple ou combinée de commandes telles que monter, descendre, avancer, reculer, droite, gauche et pivoter. Par conséquent, quelques heures de formation suffiront pour que le pilote maîtrise la mise en oeuvre du catamaran des airs, les règles aériennes élémentaires de vol et de sécurité, les logiciels de pilotage et le pilotage par souris, joystick et radiocommande.

2 - Maintenance

Tout comme son prix d'achat, la maintenance du PA-MCMM est peu onéreuse, simple et rapide. En effet, le catamaran des airs est constitué de modules formant un aéronef homogène, souple et robuste dont l'infrastructure apporte une protection totale aux matériels embarqués et sur lequel ne figure aucune pièce en mouvement (les hélices mises à part) ce qui, associée à sa capacité de réaliser des décollages et des atterrissages d'une extrême douceur, assure un cycle de vie normal aux différents éléments embarqués.En termes de réactivité, le PA-MCMM est très bien positionné puisque le temps nécessaire pour le rendre à nouveau opérationnel est extrêmement court et ne nécessite que le changement des blocs de batteries ou le remplissage du réservoir. A propos du gaz porteur, il est important de préciser que les ballons ont très peu de pertes d'hélium. Il s'avère tout de même nécessaire, par sécurité, de vérifier périodiquement la pression d'hélium dans le cadre d'une utilisation intensive du PA-MCMM (vols 24h/24h) ou avant chaque décollage pour des missions plus sporadiques.

3 - La législation civile aérienne

La législation civile aérienne est gérée en France par la Direction Générale de l'Aviation Civile (DGAC) et les règles liées à tout objet volant sont assez restrictives et draconiennes. Néanmoins, le PAMCMM appartient à la catégorie des plus légers que l'air et sa masse, qui dépend principalement des éléments embarqués, permet de l'intégrer dans les catégories II et III des aéronefs sans pilote. Ces catégories correspondent aux règles de navigation les moins contraignantes et permettent de rendre le dirigeable accessible à tous. Voici la déclinaison des différentes règles régies par la DGAC pour ces catégories :

• Cat. II - Aéronef de moins de 25 kg : Simple déclaration auprès de la DGAC. Pilotage à vue.
• Cat. III -Aéronef de 25 Kg et + : Autorisation de vol délivrée par la DGAC. Pilotage à vue.
• Aéronef captif : Aucune formalité.

La hauteur de vol maximale autorisée est de 150 mètres pour chacune d'entre elles. GATES Technology prend en charge toutes les modalités inhérentes à la déclaration d'un PAMCMM auprès de la DGAC.