Sciences

Objet de Herbig-Haro

DéfinitionClassé sous :Astronomie , Objets de Herbig-Haro , protoétoile
Plusieurs images d'objets de Herbig-Haro vus par Hubble. De haut en bas et de gauche à droite HH 47, HH 34 et HH 2. © Nasa, Esa, P. Hartigan (Rice University)

Les objets astrophysiques associés aux noms de Guillermo Haro et George Herbig ont en réalité été découverts par Sherburne Wesley Burnham à la fin du XIXe siècle alors qu'il observait l'étoile T Tauri. On sait aujourd'hui que T Tauri est une protoétoile, une étoile variable si jeune qu'elle n'a pas encore achevé sa formation. Elle tire sa luminosité du mécanisme de Kelvin-Helmholtz, c'est-à-dire de la conversion directe de son énergie potentielle gravitationnelle en chaleur et pas de l'allumage des réactions de fusion nucléaire en son centre. Les étoiles au même stade d'évolution sont d'ailleurs dites en phase T Tauri.

La formation d’une étoile paraît simple mais elle est en fait très compliquée. Afin de pouvoir s'effondrer suffisamment pour que des réactions nucléaires se produisent, la protoétoile doit perdre de la chaleur, du moment cinétique, et même une partie de son champ magnétique.

Des jets bipolaires supersoniques

C'est là que les choses se compliquent....


Cette vidéo montre l'évolution au fil du temps de Herbig-Haro HH 34, un jet expulsé d'une étoile tout juste née dans la constellation d'Orion. La vidéo a été réalisée en collant ensemble des observations de HH 34 en 1994, 1998 et 2007. © Nasa, Esa, P. Hartigan (Rice University), G. Bacon (STScI)/YouTube

Une bonne façon de le faire est de former des planètes avec un disque protoplanétaire mais on pense que la production de jets de matière le long de l'axe de rotation de la protoétoile est aussi un mécanisme important. Ce sont ces jets qui, en entrant en collision avec le milieu interstellaire, y provoquent des ondes de choc et la formation des petites nébuleuses en émissions, étudiées de plus près par Herbig et Haro vers 1950.

À l'époque, ceux-ci ignoraient tout cela et même si le grand astrophysicien Viktor Ambartsumian avait déjà compris qu'il y avait un lien entre ces objets (qu'il baptisa de Herbig-Haro) et les premières étapes de la formation des étoiles T Tauri, ce ne fut vraiment qu'avec les observations du début des années 1980 que l'on comprit que l'on était en présence de jets de matière.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi