Un élixir d'immortalité vieux de 2.000 ans découvert en Chine

Classé sous :archéologie , Chine , élixir de jouvence

Un liquide jaunâtre conservé depuis 2.000 ans dans une tombe chinoise s'est avéré être un élixir de longue vie après analyse, rapporte l'agence Chine nouvelle. À sa forte odeur, les archéologues l'avaient tout d'abord pris pour du vin. La composition du liquide (nitrate de potassium et alunite) correspond à la recette d'un élixir d'immortalité décrit dans des manuscrits taoïstes. « C'est la première fois qu'un de ces mythiques "remèdes d'immortalité" a été découvert en Chine », a déclaré à Chine nouvelle Shi Jiazhen, chef de l'Institut d'archéologie et des vestiges culturels de la ville Luoyang.

Un volume de 3,5 L environ de ce liquide avait été retrouvé en octobre 2018 dans un récipient en bronze scellé datant de la dynastie Han, enfermé dans la tombe d'une famille noble de Luoyang, dans la province du Henan en Chine. Cette tombe et son contenu (plusieurs autres poteries et objets en bronze, les restes de la personne inhumée) offrent aux archéologues l'opportunité d'étudier « la vie des nobles Han occidentaux, ainsi que les rituels funéraires et les traditions de cette époque », a confié le responsable des fouilles Pan Fusheng à l'agence de presse chinoise.

Des archéologues chinois ont découvert des restes de liquide qui pourrait être du vin dans un récipient vieux de 2.000 ans. © DP

Des archéologues chinois ont découvert des restes de liquide qui pourrait être du vin dans un récipient vieux de 2.000 ans. © DP

 

Pour en savoir plus

Du vin vieux de 2.000 ans découvert en Chine

Par Futura avec l'AFP-Relaxnews, publié le 07/11/2018

Des archéologues chinois ont découvert dans une tombe de la province du Henan (centre-est) un récipient en bronze vieux de 2.000 ans contenant un liquide qui pourrait être du vin, a annoncé mardi l'agence Chine nouvelle. Le récipient scellé contenait environ 3,5 L d'un liquide jaune qui avait une forte odeur de vin chinois lorsqu'il a été ouvert, ont indiqué les archéologues. Il daterait de la dynastie des Han occidentaux (202 av. J.C. à 8 ap. J.C) et sera soumis à des examens de laboratoire pour déterminer sa teneur en alcool, a indiqué mardi Shi Jiazhen, chef de l'Institut d'archéologie et des vestiges culturels de la ville de Luoyang.

L'agence n'a pas précisé comment le récipient avait été fermé et le liquide préservé sans s'être évaporé. Cependant, des découvertes d'alcool datant de cette période ont déjà été faites, a relevé l'agence, précisant que les boissons alcoolisées à base de riz et de sorgho, souvent conservées dans des récipients ouvragés en bronze, jouaient un rôle important dans les cérémonies et les rituels.