Une carte postale vieille de 2.000 ans

Classé sous :Archéologie , égypte , tourisme
Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Archéologie : découvrez le passionnant travail de l'anthropologue  Lors de recherches archéologiques, il n’est pas rare de trouver d’anciens sites d’inhumation. Ces tombes renferment en général de nombreux indices et témoignages des civilisations passées que l’anthropologue saura interpréter précisément. L’Inrap (Institut national de recherches archéologiques préventives) nous parle de son travail au cours de cette courte vidéo. 

Il semblerait qu'envoyer des cartes postales lors de voyages touristiques ait été une coutume qui n'a pas attendu l'invention des services postaux modernes. En effet, la British Library révèle qu'elle dispose d'un fragment de papyrus sur lequel un certain Néarque a écrit en grec le récit de l'un de ses périples. Ces inscriptions datent du Ier ou du IIe siècle après J.-C. et ont vraisemblablement été tracées en Moyenne-Égypte. Elles étaient destinées à être lues par l'ami de Néarque nommé Héliodore. L'auteur de la carte lui raconte que, comme d'autres touristes qui voyagent en bateau sur le Nil, lui aussi a décidé de naviguer sur ce fleuve jusqu'à la ville de Syène (actuelle Assouan) où, selon ses écrits, il existait un grand marché touristique.

L'oasis Siwa en Égypte abritait un sanctuaire où les gens pouvaient recevoir des oracles du dieu Amon. © Buzzuspajk, Adobe Stock

Il s'est ensuite dirigé vers l'oasis Siwa, proche de la frontière avec la Libye, où se trouvait un sanctuaire dédié au dieu Amon. Néarque raconte qu'il y a reçu des oracles « très prometteurs » et qu'il a gravé le nom de tous ses amis sur le mur du sanctuaire afin d'en conserver la mémoire éternellement.

Une carte postale d'il y a au moins 2.000 ans a été écrite en Égypte au cours d'un voyage touristique. © British Library