La famille des lunes de Jupiter continue de s’agrandir ! Elles sont désormais 79 dans le giron de la géante. © Nasa

Sciences

Jupiter : 12 nouvelles lunes découvertes dont une « boule étrange »

ActualitéClassé sous :Univers , Astronomie , Jupiter

La famille de Jupiter s'agrandit de 12 nouvelles lunes. Une famille nombreuse qui compte désormais 79 membres. Une découverte faite un peu par hasard et qui met en évidence trois groupes de satellites.

Un peu plus de quatre siècles après la découverte par Galilée de quatre lunes en mouvement autour de Jupiter (les lunes galiléennes Io, Europe, Ganymède et Callisto), 12 petits corps s'ajoutent à la déjà très grande famille de satellites qui entourent la géante. Cela porte désormais à 79 le nombre de lunes qui lui gravitent autour. Un record pour notre Système solaire. Aucune autre planète ne peut prétendre à en avoir autant (en tout cas, pour l'instant). Rien d'étonnant à cela, diriez-vous, que le lubrique Zeus-Jupiter soit autant et si bien entouré... Tous ces satellites en effet portent des noms des conquêtes du dieu de la foudre (au grand dam de Héra-Junon). Tous ou presque furent ces compagnes et compagnons d'un soir (ou plus). Et la liste continue de grandir.

Une lune pas comme les autres

Comment vont s'appeler les membres que l'on vient de découvrir ? Scott S. Sheppard et son équipe ont déjà une suggestion pour le plus bizarre d'entre eux : ils voudraient le nommer Valetudo (Hygie en Grec). Fille d'Asclépios-Esculape, elle est la déesse de la santé et de l'hygiène, souvent représentée avec un serpent. Les chercheurs l'ont aussi surnommé oddball, « excentrique » en français, de par ses caractéristiques physiques et son comportement.

Comme on peut le voir sur les deux images, la petite lune Valetudo (c’est son nom provisoire), se déplace par rapport aux étoiles « fixes » à l’arrière-plan. Jupiter est hors-champ, en haut à gauche. © Carnegie Science

« [C']est une vraie boule excentrique qui a une orbite comme aucune autre lune jovienne connue, explique son découvreur. C'est probablement la plus petite lune connue de Jupiter, mesurant moins d'un kilomètre de diamètre ». Cette lune est la plus lointaine des trois progrades - c'est-à-dire qui orbitent dans le même sens que Jupiter - nouvellement découvertes (les neuf autres sont rétrogrades). Il lui faut un an et demi pour faire le tour de la géante gazeuse. Un chemin toutefois semé d'embûches car elle croise les routes des neuf satellites rétrogrades, risquant ainsi régulièrement des collisions avec l'autre famille. « C'est une situation instable. Les collisions frontales les briseraient rapidement et réduiraient les objets en poussière ».

Pour la douzaine de satellites découverts, les chercheurs ont identifié trois grandes familles qui se distinguent par leurs caractéristiques orbitales. Les deux lunes progrades, la lune excentrique et les neuf lunes rétrogrades. Ces dernières se subdivisent en trois groupes. L'équipe se demande d'ailleurs si l'un ou plusieurs de ces groupes ne sont pas nés de la rencontre violente avec un plus grand satellite prograde. Valetudo en serait en quelque sorte le dernier survivant (d'autres fragments restent peut-être à découvrir). C'est un peu la petite-fille de Jupiter, d'ailleurs c'est probablement pour cette raison qu'ils voudraient l'appeler Valetudo (arrière-petite fille de Jupiter).

Orbites des 12 lunes découvertes autour de Jupiter. Elles mesurent entre 1 et 3 km de diamètre. © Carnegie Science

Une découverte accidentelle

Découvrir de nouveaux satellites autour de Jupiter n'était pas vraiment au programme de Scott S. Sheppard et son équipe composée de Chad Trujillo et Dave Tholen. En fait, au printemps 2017, ils écumaient les cieux en direction de la Vierge à la recherche de la Planète 9 - ils furent les premiers, en 2014, à proposer l'hypothèse de son existence. Et à ce moment-là, la plus grosse planète du Système solaire était dans le même champ passé au crible avec le télescope Blanco de quatre mètres au Cerro Tololo (Chili). Une partie des petits points lumineux furent donc remarqués de par leurs mouvements qui accompagnent celui de Jupiter. Il fallut ensuite un an pour confirmer, via divers autres télescopes, l'existence des petites lunes débusquées.

Une cour qui s'agrandit pour Jupiter mais elle n'est probablement pas la seule géante à en avoir qui se cachent encore. Saturne, Uranus et Neptune pourraient nous en dévoiler d'autres.

Pour en savoir plus

Jupiter : 6 lunes de plus découvertes en 2003

Article de Orbitmars publié le 10 avril 2003

David Jewitt et Scott Sheppard de l'Université d'Hawaii et Jan Kleyna de l'Université de Cambridge ont annoncé vendredi dernier la découverte de six nouveaux satellites naturels de la plus grosse planète de notre Système solaire, Jupiter.

Cette découverte résulte de l'utilisation des deux plus grandes caméras digitales du monde, qui équipent les télescopes Subaru (8,30m de diamètre) et Canada-France-Hawaii (3,60m de diamètre) du complexe astronomique situé au sommet du Mauna Kea, à 4.200 mètres d'altitude.

D'un diamètre inférieur à 2 km, ces satellites tournent à plusieurs dizaines de millions de kilomètres de la planète et suivent une orbite rétrograde, ce qui semble indiquer qu'il s'agit de blocs rocheux capturés dans le champ gravitationnel jovien, probablement contemporains à la formation du Système solaire.

Cette découverte porte à 58 le nombre total de satellites naturels connus de la planète Jupiter.

18 nouveaux satellites joviens ont été découverts en cette année 2003. Les 7 premiers ont été annoncés officiellement par la circulaire 8088 du 6 mars de l'Union Astronomique Internationale (UAI), les numéros de 9 à 12 par la circulaire 8089 du 7 mars et les derniers seront annoncés courant de ce mois.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Survolez Jupiter comme si vous y étiez !  Partez en voyage autour de Jupiter à bord de la sonde Juno. En mode plein écran, vous profiterez au maximum de ce survol de la plus grande planète du Système solaire. Un voyage qui nous emmène jusqu’à 3.500 km au-dessus de ses nuages, du pôle nord au pôle sud, en passant par la Grande Tache rouge. Du grand spectacle !