Jupiter : 79, Saturne : 82. C’est officiel : celle que l’on surnomme le Seigneur des Anneaux vient de détrôner sa grande rivale après la découverte de 20 nouvelles lunes dans son royaume très étendu.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Les derniers regards de Cassini autour de Saturne Les toutes dernières images de la sonde Cassini avant son plongeon final dans l'atmosphère de Saturne, le 15 septembre 2017.

Il y a un an, Scott S. Sheppard, de la Carnegie Institution for Science, annonçait la découverte d'un cheptel de 12 nouvelles lunes autour de Jupiter. La plus grosse planète du Système solaireSystème solaire pouvait-elle aussi se targuer du titre de celle qui possède la plus grande cour de satellites naturels.

Mais lundi 7 octobre, le même chercheur qui a agrandi le parc de satellites de la géante gazeusegéante gazeuse annonçait au Centre des planètes mineures de l'IAUIAU, l'International Astronomical Union que Saturne détrône sa rivale dans ce domaine.

Au terme d'une enquête réalisée avec ses collègues David Jewitt, de l'Ucla, et Jan Kleyna, de l'université d'Hawaï, avec « l'un des plus grands télescopetélescope du monde », le Subaru, au sommet du Mauna Kea, l'astrophysicienastrophysicien a dévoilé l'existence de 20 nouveaux satellites naturels autour de SaturneSaturne, étendant ainsi son royaume à 82 satellites connus.

Une cohortecohorte de petits satellites qui avaient échappé jusqu'ici à la vigilance des astronomesastronomes - en quelque quatre siècles d'observations - et que les chercheurs ont pu relier à différentes familles.

Pourquoi une telle découverte est-elle si importante ? Parce que « [ces satellites] jouent un rôle crucial en nous aidant à déterminer comment les planètes de notre Système solaire se sont formées et ont évolué », souligne le chercheur.

Illustration montrant les orbites des 20 nouvelles lunes découvertes autour de Saturne. En rouge, celles dont l'orbite est rétrograde. En vert, une lune prograde. En bleu, deux lunes progrades plus proches et sur un autre plan. © <em>Carnegie Institution for Science</em>, Nasa, JPL-Caltech, <em>Space Science Institute</em>
Illustration montrant les orbites des 20 nouvelles lunes découvertes autour de Saturne. En rouge, celles dont l'orbite est rétrograde. En vert, une lune prograde. En bleu, deux lunes progrades plus proches et sur un autre plan. © Carnegie Institution for Science, Nasa, JPL-Caltech, Space Science Institute

Des lunes qui tournent dans le sens contraire de Saturne

Dans leurs filets, sur les 20 lunes « capturées », seules trois montrent un mouvementmouvement prograde, c'est-à-dire dans le même sens que leur souverain Saturne. Les 17 autres ont un mouvement inverse et se promènent sur le même plan incliné que d'autres satellites rétrogrades connus.

L'ensemble de ces « lunes extérieures » est situé bien au-delà des principaux disques des anneaux et gravite en moyenne en trois ans autour de Saturne, contre deux pour les deux plus proches, du groupe des progrades dits des Inuits. Dans les deux cas de figure, les astronomes suspectent qu'il s'agit des restes de corps (de roches et de glace) plus importants, brisés par une collision il y a des milliards d'années.

Cas particulier épinglé par l'équipe : une lune prograde isolée qui emprunte le même plan incliné que des lunes progrades bien connues proches de la planète mais à l'extérieur (voir schéma ci-dessus). Que fait-elle là-bas ? Il est possible qu'elle ait été expulsée, pensent les chercheurs.

Ravi du succès qu'a rencontré l'année dernière le programme pour nommer les nouvelles lunesnouvelles lunes de JupiterJupiter, Scott Sheppard réédite l'aventure avec Saturne en ouvrant une page dédiée aux propositions du public : Help Name 20 Newly Discovered Moons Of Saturn! Les noms doivent faire références aux mythologies nordiques, gaéliques et inuites, précisent-ils. Ils n'attendent plus que vos idées.

Voir aussi

Saturne : finalement ses anneaux seraient plus vieux que les dinosaures