Le missile R9X est destiné à des attaques très ciblées contre des chefs terroristes. © Lockheed Martin

Sciences

Bombe Ninja : le Pentagone invente une bombe qui lance des lames tranchantes

ActualitéClassé sous :Sciences , armement , missile

Au lieu d'exploser, le nouveau missile mis au point par la CIA et le Pentagone déploie de longues lames pour tuer sa cible. Une arme censée limiter les pertes civiles.

Le CIA et le Pentagone ont inventé un nouveau type de missile censé limiter les pertes civiles, rapporte le Wall Street Journal. Sa particularité : la tête explosive a été remplacée par un anneau équipé de six lames tranchantes qui s'éjectent quelques secondes avant l'impact « déchiquetant tout sur leur passage ». L’engin utilise aussi son poids pour écraser sa cible, avec un effet semblable à celui « d'une enclume tombant du ciel », rapporte le journal, citant plusieurs responsables américains ayant souhaité garder l'anonymat.

Limiter les pertes civiles

Le R9X, aussi surnommé « bombe Ninja », ou « Ginsu volant » en référence à une marque de couteaux bien connue aux États-Unis, est une variante du Hellfire, un missile antichar à guidage laser largement utilisé dans les frappes contre les terroristes en Syrie et en Irak (ainsi que par les forces françaises dans ses opérations au Mali et en Afrique du Nord). Mais, ce dernier est aussi à l'origine de nombreuses pertes civiles, soulevant les critiques envers l'armée américaine et entraînant la colère des populations locales.
 

Développé en secret depuis 2011, le R9X serait né de la volonté de Barack Obama de réduire les victimes collatérales des bombardements. En mai 2013, ce dernier avait déclaré qu'il n'ordonnerait pas de nouvelles frappes à moins qu'il y ait quasi-certitude qu'aucun civil ne soit tué ou blessé.

Des chefs terroristes parmi les victimes

Capable de percer le toit d'une voiture ou d'un bâtiment, l'engin de 45 kg permettrait de tuer le passager d'une voiture sans blesser le conducteur, affirment les responsables américains. Il aurait déjà été utilisé une demi-douzaine de fois contre des terroristes en Libye, en Syrie, en Irak, au Yémen et en Somalie. Parmi les victimes citées, figurent notamment Jamal al-Badawi, considéré comme le cerveau de l'attentat contre l'USS Cole en octobre 2000 et tué par un tir de drone au Yémen le 1er janvier dernier, ou encore Ahmad Hasan Abu Khayr al-Masri, le numéro deux d'Al-Qaïda, tué en 2017 dans la province syrienne d'Idlib par un R9X tiré depuis un avion américain exploité par la CIA. Les photos du véhicule d'al-Masri, prises après la frappe, montrent ainsi un trou oblong dans le toit de la voiture avec le pare-brise brisé, sans aucune trace d’explosion ou de brûlé.

En plus des voitures, le R9X est utilisé pour atteindre des cibles cachées dans des bâtiments fragiles susceptibles de s'effondrer s'ils étaient touchés par une explosion. Selon le Wall Street Journal, il ne serait plus employé qu'à de rares occasions, lorsqu'il existe des informations très précises sur l'emplacement de la cible.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

L'armée américaine teste une escadrille de 103 mini drones autonomes  Aux États-Unis, le département de la Défense a testé avec succès un groupe de 103 microdrones largués depuis trois avions de combat. Mus par une intelligence artificielle, ces petits engins de 16 centimètres de long ont démontré leur capacité à voler en formation et à prendre des décisions pour s'adapter aux circonstances.