Sciences

Simuler les attaques terroristes

ActualitéClassé sous :recherche , simulation , terrorisme

Depuis le 11 septembre 2001, les ingénieurs de Los Alamos National Laboratory (LANL) élaborent sur leurs ordinateurs des centaines de scénarios de situations de crise (bioterrorisme, attaque du réseau électrique, cyber-attaque, etc.).

Attaque terroriste du 11 septembre

Ces expériences constituent l'un des nombreux programmes de recherche du Department of Homeland Security (DHS) visant à développer des technologies pour le renforcement de la lutte contre le terrorisme. Dans ce cas précis, il s'agit de modéliser les villes américaines, leurs infrastructures et leurs populations, pour ensuite provoquer une crise virtuelle et identifier les faiblesses du système.

De ces catastrophes simulées, les chercheurs espèrent tirer des enseignements profitables pour la sécurité du pays et notamment empêcher les défaillances matérielles et/ou humaines en chaîne (effet domino). Cependant cette approche est loin de faire l'unanimité.

Certains critiquent son coût (chaque simulation revient à une dizaine de millions de dollars) et ses résultats médiocres puisque les données obtenues permettent rarement de trancher en faveur ou contre une action de prévention donnée. De toutes les modélisations réalisées, une seule a ainsi été réellement validée dans des conditions réelles. Il s'agissait des prévisions concernant l'ouragan Frances en 2004 en Floride, qui ont permis de signaler les zones à risques et de positionner les équipes d'intervention en conséquence.

Plus généralement, le principal enseignement tiré des simulations jusqu'à présent est que la rapidité des contre-mesures se révèle souvent plus importante que leur nature.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi