Sciences

Inauguration d'un centre mondial de cellules souches à Séoul

ActualitéClassé sous :recherche , cellules souches , clonage thérapeutique

Une initiative internationale visant à éviter aux scientifiques de se soumettre aux restrictions nationales en matière de recherche sur les cellules souches a été lancée à Séoul (Corée du sud), le 19 octobre. Une cérémonie a marqué l'ouverture de la première antenne de ce centre mondial, une banque internationale de cellules souches, à l'hôpital universitaire national de Séoul.

Cellules souches

Woo Suk Hwang, célèbre "père" du premier chien cloné au monde Snuppy  , dirigera le nouvel institut. Selon lui, le centre permettra de faire progresser la recherche sur le traitement des maladies incurables.

Entouré de ses partenaires - le chercheur américain spécialisé en cellules souches, Gerald Schatten, de l'université de Pittsburgh, et le père de la première brebis clonée, le britannique Ian Wilmut, de l'institut Roslin -, le professeur Hwang a dit sa satisfaction face aux avancées du projet de centre international de recherche sur les cellules souches: le "World stem cell foundation & hub". Le projet a pour objectif de promouvoir la recherche et l'enseignement sur le clonage thérapeutique et de fournir aux chercheurs du monde entier des lignées de cellules souches embryonnaires. Cette initiative internationale vise à associer l'excellence coréenne en matière de clonage aux travaux de recherche américains et européens les plus avancés en biologie des maladies humaines.

Selon la presse coréenne, le professeur Hwang a déclaré lors de la cérémonie d'ouverture: "Limiter l'utilisation des cellules souches à certains pays retardera durablement le développement de technologies exploitables à l'échelle planétaire. La mise en place d'un réseau mondial doit nous permettre de partager les cellules souches produites dans chaque pays ainsi que l'information qui s'y rapporte".

L'objectif est de collecter des cellules somatiques provenant de patients atteints de maladies incurables et d'introduire les noyaux de ces cellules dans des ovules humains dont l'ADN propre aura été extrait au préalable, afin de produire des embryons clonés. A ce jour, seule l'équipe du professeur Hwang a obtenu des résultats probants avec cette technique - appelée transfert nucléaire de cellules somatiques. Objet de tous les soins, ces ovules deviennent des embryons qui seront détruits à un stade précoce pour en extraire les cellules souches embryonnaires. Trois centres se consacreront à ces tâches: le laboratoire de l'hôpital universitaire de Séoul, base du centre mondial de cellules souches, et deux antennes plus petites du centre qui seront implantées à San Francisco (Etats-Unis) et à Oxford (Royaume-Uni). Chaque centre pourrait s'associer à des cliniques de fécondation in vitro voisines afin de faciliter le recrutement de donneurs d'ovules pour ces processus.

Pour les laboratoires satellites implantés aux États-Unis et au Royaume-Uni, le professeur Hwang a imposé une condition au consortium : les transferts nucléaires somatiques y seront effectués exclusivement par trois techniciens coréens formés dans son laboratoire, qui se déplaceront régulièrement à cet effet. Le reste du processus (la fixation des lignées cellulaires des embryons) sera pris en charge par des experts des laboratoires anglais et américains. Une fois que les spécialistes auront produit des lignées cellulaires dérivées de ces embryons, elles seront envoyées en Corée pour y être caractérisées et soumises à un strict contrôle de la qualité avant d'être congelées et stockées dans trois banques partenaires du consortium.

Le consortium prévoit de produire chaque année environ 100 nouvelles lignées cellulaires spécifiques à certaines maladies. La World stem cell foundation ne se pose pas en concurrente des banques existantes, telles que la UK Stem Cell Bank, mais veut au contraire coopérer avec elles et faciliter l'échange de lignées cellulaires entres les laboratoires, où qu'ils se trouvent. Des scientifiques de tout pays souhaitant utiliser des cellules souches embryonnaires pour étudier une maladie particulière devront introduire une demande de production de lignées cellulaires pour leurs projets. Les chercheurs utiliseront ce matériel pour tester des médicaments destinés au traitement de maladies ou même corriger les défauts de ces lignées cellulaires spécifiques à une maladie et essayer de réimplanter les cellules chez un patient au titre de thérapie.

Le président sud-coréen, Roh Moo-hyun, a salué l'inauguration du "World stem cell hub", qui confirme la position de leader international de son pays dans le domaine de la recherche sur les cellules souches. Pour lui, l'institut ouvre un nouveau chapitre de la bioingénierie où prévaudra la recherche commune avec des groupes de réflexion et experts étrangers; en outre, le gouvernement sud-coréen accompagnera et soutiendra la recherche sur les cellules souches basée sur une éthique pro-vie.

Alors que le clonage reproductif est interdit en Corée du sud, le pays soutient pleinement les scientifiques qui travaillent sur le clonage thérapeutique aux fins de recherche médicale; à ce titre, le gouvernement financera la participation coréenne au projet. Les partenaires britanniques et américains sont à la recherche de donateurs privés pour financer leurs activités.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi