Sciences

Des algues pour produire en masse un pigment d'intérêt pharmacologique

ActualitéClassé sous :recherche , lutéïne , muriellopsis

Une équipe de recherche de l'Institut de biologie végétale et de photosynthèse dépendant du Conseil de la recherche scientifique espagnol (CSIC) de La Cartuja, à Séville, a développé un système lui permettant de produire de grandes quantités de lutéine, un pigment biologique d'intérêt pharmacologique. Selon de récentes études, les propriétés anti-oxydantes de la lutéine contribuent à protéger l'homme de maladies dégénératives comme l'artériosclérose ou la cataracte.

Des experts du groupe "Biotechnologies des microalgues" sont parvenus à développer un système innovant pour obtenir ce précieux composé à partir de cellules d'une algue verte, la Muriellopsis. Le système de culture conçu à Séville garantit une production abondante et durable et est considérablement plus rentable que les méthodes conventionnelles basées sur l'extraction de ce composé des pétales de souci (Calendula officinalis), une fleur orange aux propriétés thérapeutiques, cultivée principalement dans le sud des États-Unis et au Mexique.

Soucis Crédits : CORDIS

Miguel García Guerrero, directeur de l'équipe, soutient que l'un des points forts de ce système de culture récemment breveté est que la production de la biomasse est assurée quasiment tout au long de l'année, et ne dépend pas des périodes de floraison ou de récolte, comme c'est le cas avec les plants de soucis.

"Les algues parviennent à maturité après sept jours de culture discontinue. Elles sont alors récoltées, en prenant soin de préserver une fraction de la suspension cellulaire afin de pouvoir semer une nouvelle culture de cellules. La récolte hebdomadaire est ainsi garantie quasiment tout au long de l'année", explique M. García.

Les algues sont cultivées en extérieur dans des bassins ouverts. La suspension de microalgues fait l'objet d'une homogénéisation continue grâce à un système simple, constitué de trois pales, afin de garantir une agitation constante permettant aux nutriments et à la lumière de parvenir correctement à toutes les cellules. "Cela évite également les dépôts d'algues sur les parois et au fond du bassin et garantit leur développement", explique le chercheur. Un système d'injection de CO2 alimente le bassin en gaz durant la journée. Il s'arrête automatiquement en l'absence de lumière et les cellules peuvent absorber naturellement le gaz.

Muriellopsis dans le milieu naturel Crédits : OTT-CSIC Andalucía

Les experts considèrent que la production moyenne de lutéine pure peut atteindre les 200 kg par hectare et par an, soit un volume 20 fois plus important que le rendement actuellement obtenu avec le processus d'extraction à partir des soucis.

La lutéine est un pigment caroténoïde jaune produit par les plantes, qui a plusieurs applications dans l'industrie agro-alimentaire. Hormis son utilisation comme additif dans la nourriture animale pour rehausser la couleur de la viande et des oeufs, la lutéine possède un léger pouvoir filtrant et des vertus anti-oxydantes qui protègent les nerfs optiques et se révèlent à de nombreux égards bénéfiques pour la bonne santé de l'organisme. Selon les résultats de différentes études, la lutéine est considérée comme un nutriment préventif de la dégénérescence maculaire chez la population vieillissante, ainsi que des maladies cardiaques, et stimule la réponse immunitaire contre de nombreux cancers.

Muriellopsis : culture en laboratoire Crédits : OTT-CSIC Andalucía
Cela vous intéressera aussi