Le LHC, collisionneur proton-proton le plus puissant du monde, est actuellement en construction dans le tunnel du Cern à Genève. A quelques semaines de l'installation définitive de deux des grands détecteurs du futur LHC, point sur les enjeux de ce projet et sur le rôle du CEA et du CNRS dans cette nouvelle réalisation du Cern.
Cela vous intéressera aussi

Etat fondateur du CernCern, la France contribue à toutes les grandes collaborations internationales de l'Organisation depuis sa création en 1954. La participation française est constituée exclusivement de laboratoires et équipes du CNRS (Institut national de physiquephysique nucléaire et de physique des particules IN2P3) et du CEA (Laboratoire de recherche sur les lois fondamentales de l'UniversUnivers Dapnia).

Forts de leurs compétences en physique théorique, physique expérimentale et instrumentation, les chercheurs, enseignants-chercheurs, ingénieurs et techniciens du CEA et du CNRS participent à la conception des expériences, à la fabrication des accélérateurs et des instruments sous tous leurs aspects (mécanique, électronique, informatique), à la réalisation des expériences et à l'acquisition et l'interprétation des données.

Le LHCLHC est le collisionneur proton-proton le plus puissant du monde. Sa constructionconstruction doit s'achever en 2007. Là encore, la France est très impliquée dans le projet, au niveau aussi bien de l'accélérateur que des quatre expériences, Atlas, CMS, LHCb et Alice, qui exploiteront l'énorme potentiel de physique du collisionneur. Ce projet constitue une priorité de l'IN2P3 et du Dapnia qui y consacrent une part importante de leurs moyens : 210 physiciensphysiciens et 230 ingénieurs et techniciens des deux organismes y participent actuellement.

Le potentiel de découverte de l'accélérateur et les enjeux pour la physique moderne sont immenses : recherche du boson de Higgsboson de Higgs, clé de voûte du Modèle StandardModèle Standard, recherche d'une physique au-delà du Modèle Standard, étude approfondie du phénomène de violation de CP et mise en évidence d'un nouvel état de la matièreétat de la matière (le plasmaplasma « quark-gluon »).