Sciences

Gaz d'échappement : leur recyclage pour une production d'électricité

ActualitéClassé sous :physique , gaz d'échappement , voiture

Une équipe d'ingénieurs britanniques semble avoir développé un appareil simple qui permettrait d'utiliser l'énergie perdue par le pot d'échappement. Le projet " Turbo-generator Integrated Gas Energy Recovery System " (TIGERS), fait partie de l'initiative gouvernementale " Foresight Vehicle Initiative " (Initiative de recherche sur les nouvelles technologies automobiles), et est conduit par des chercheurs de Visteon UK, de Switched Reluctant Drives de Harrogate et de l'Université de Sheffield.

Gaz d'échappement : leur recyclage pour une production d'électricité

Ce système de récupération des gaz d'échappement, devrait générer suffisamment de puissance pour faire fonctionner tous les appareils électriques du véhicule.

Cet appareil, générateur d'électricité particulier, le " Switch Reluctant Generator ", utilise les gaz d'échappement pour faire tourner une turbine couplée à un alternateur. Une vanne bypass placée au niveau de l'échappement est contrôlée par l'ordinateur de bord, cette vanne laisse passer une certaine quantité de gaz dans le générateur selon le régime du moteur.

Les gaz d'échappement devraient faire tourner le générateur à 80 000 tours/minute créant une puissance électrique de 6 kW, supérieure à celle nécessaire pour faire fonctionner les différents systèmes électriques de la voiture. La simplicité de ce générateur le rend peu cher et facile à produire tout en restant fiable à grande vitesse de rotation. Grâce au système de contrôle, il serait possible d'atteindre une efficacité de 80% contre 60% pour un système de récupération classique. L'usage d'une batterie est cependant nécessaire : l'énergie est stockée dans celle-ci lorsqu'il y a surproduction d'électricité, et lors de gros ralentissements du régime moteur, l'électricité sera fourni uniquement par la batterie.

L'énergie électrique additionnelle devrait être utilisée pour faire fonctionner des systèmes de technologie avancés, par exemple des actionneurs de vannes electro-magnétiques et des suralimentations électriques. Le but, à long terme, est de supprimer les différentes courroies et l'alternateur, augmentant ainsi l'efficacité du moteur. Ces améliorations devraient permettre de réduire la consommation de carburant entre 5 et 10%. Pour les voitures hybrides, le système TIGERS fournirait directement l'électricité additionnelle au moteur électrique, qui pourrait aussi être stockée dans la batterie pour augmenter sa plage de puissance. Pour les véhicules commerciaux, l'électricité supplémentaire pourrait être utilisée pour faire fonctionner les systèmes de refroidissement dans le cas des camions frigorifiques ou pour alimenter les bétonnières ou les pompes des camions citernes.

Afin de pouvoir réellement tester ce système, les chercheurs comptent obtenir un prototype en état de fonctionnement dans quelques mois.

Cela vous intéressera aussi