L’année dernière, une tempête globale s’est déclarée sur Mars, recouvrant la planète de poussière pendant plusieurs mois. Les astronomes y ont observé de véritables tours de poussière qu’ils imaginent responsables de la disparition de l’eau sur la planète rouge.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Satellite MRO : 10 ans d’images sublimes de Mars La sonde spatiale MRO (Mars Reconnaissance Orbiter) est en orbite martienne depuis le 10 mars 2006. Durant dix ans, le satellite a pris d’innombrables clichés de la planète afin d’en cartographier la surface. La Nasa a décidé d’en réunir les meilleurs dans cette courte vidéo.

Sur Mars, les tempêtes de poussière ne sont pas rares. Assez régulièrement -- toutes les décennies environ -- une incroyable série de tempêtetempête se déclare même, recouvrant toute la planète de poussière. Et l'an dernier, la mission Mars Reconnaissance Orbiter (MRO - États-Unis) a étudié en détail le cycle de vie de l'un de ces événements que les chercheurs qualifient de tempêtes globales.

Les astronomesastronomes ont ainsi pu y observer le manège incessant d'étranges tours de poussière formées de nuagesnuages denses et tourbillonnants qui se réchauffent au soleilsoleil, puis montent très haut dans les airsairs. Ils imaginent aujourd'hui que ces tours pourraient jouer un rôle d'ascenseursascenseurs spatiaux. Elles créeraient des courants ascendants qui transporteraient des matériaux dans l'atmosphère martienne.

Ces animations montrent comment la poussière a recouvert la planète Mars toute entière lors de la tempête globale de 2018. Une tempête qui a fait perdre le contact avec le rover Opportunity (Nasa). © Nasa, JPL-Caltech, MSSS
Ces animations montrent comment la poussière a recouvert la planète Mars toute entière lors de la tempête globale de 2018. Une tempête qui a fait perdre le contact avec le rover Opportunity (Nasa). © Nasa, JPL-Caltech, MSSS

Comment Mars a perdu son eau

D'autant que lors de tempêtes globales, ces tours de poussière, au lieu de retomber en un jour ou deux, sont entretenues pendant plusieurs semaines parfois. Pendant trois semaines et demie, selon les données de MRO sur la tempête de 2018.

Ainsi, ce type de phénomène pourrait bien entraîner avec lui vers les limites de l'atmosphèreatmosphère de Mars, quelques moléculesmolécules de vapeur d’eau. De précédents travaux avaient d'ailleurs montré de telles molécules dans la haute atmosphère de la Planète rouge. Là, le rayonnement solairerayonnement solaire les décompose et elles s'échappent vers l'espace. De quoi peut-être expliquer comment Mars a peu à peu perdu ses lacs et ses rivières.

Le nuage blanchâtre au centre-bas de cette image — prise en novembre 2010 par MRO — correspond à une tour de poussière. Les volutes bleu-blanc sont des nuages de vapeur d’eau. © Nasa, JPL-Caltech, MSSS
Le nuage blanchâtre au centre-bas de cette image — prise en novembre 2010 par MRO — correspond à une tour de poussière. Les volutes bleu-blanc sont des nuages de vapeur d’eau. © Nasa, JPL-Caltech, MSSS