Sciences

Autisme : pourquoi un médicament diurétique pourrait être efficace

ActualitéClassé sous :E2014

Fin 2012, une étude révélait qu'un médicament diurétique à base de bumétanide atténuait la sévérité des symptômes autistiques. Désormais, la même équipe de chercheurs français vient d'apporter de nouveaux éléments expliquant cette efficacité.

L’autisme est un trouble envahissant du développement qui induit chez l’enfant atteint des difficultés sociales et comportementales. Il n’existe aucun traitement médicamenteux pour atténuer les symptômes. © Hepingting, Flickr, cc by sa 2.0

L'autisme est un trouble fréquemment rencontré, mais on ignore encore les nombreuses causes sous-jacentes. Génétique, environnement... les chercheurs semblent tomber d'accord sur au moins un point : l'essentiel des problèmes, d'ordre neurologique, se manifestent durant la phase embryonnaire, voire au moment de l'accouchement. Face à tant de mystères, les scientifiques ignorent les traitements à administrer pour aider les enfants concernés à obtenir une meilleure vie sociale et affective.

En décembre 2012, une étude publiée dans Translationnal Psychiatry et dirigée par Yehezkel Ben-Ari avec ses collaborateurs de l'Inserm semblait susciter un nouvel espoir. Ces chercheurs sont partis de l'hypothèse que les troubles autistiques sont dus à un excès de chlore dans les neurones, qui entraîne des tas de complications, comme on le rencontre dans d'autres maladies neurologiques. À l'aide d'un médicament diurétique à base de bumétanide et servant à abaisser les taux neuronaux de chlore, les scientifiques avaient atténué les symptômes chez une majorité d'enfants traités. Cependant, les niveaux de chlore n'ayant pu être mesurés directement dans les cerveaux des enfants, l'hypothèse restait à confirmer.

L’efficacité du bumétanide confirmée chez la souris autiste

C'est ce qui vient d'être fait par cette même équipe, dans les colonnes de la revue Science, cette fois chez deux modèles de souris autistes. Chez ces rongeurs, ils se sont rendu compte que les taux de chlore étaient anormalement élevés après leur naissance... sauf si on administrait le diurétique à la mère les 24 heures précédant l'accouchement. Dans ce cas, les souriceaux ne manifestaient pas les symptômes du trouble du développement.

En creusant un peu, les auteurs ont montré que le médicament avait le même effet que l'hormone de l'accouchement : l'ocytocine. Si l'effet de cette molécule cruciale est bloqué, alors les souriceaux sont atteints de l'équivalent murin d'autisme.

Face à tant de succès, les scientifiques espèrent apporter une solution thérapeutique avec le bumétanide, non pas pour soigner l'autisme, mais pour en atténuer fortement les symptômes. Cela demande malgré tout une prise en charge très précoce, avant même que l'on ne soit en mesure de diagnostiquer le trouble, pour une efficacité optimale. Problème compexe donc. Un nouvel essai clinique est d'ores et déjà en cours pour des résultats espérés en fin d'année.

Cela vous intéressera aussi