Une comète découverte le 13 décembre a été aperçue sur les photos de l’éclipse totale du Soleil qui s’est déroulée le lendemain. Impressionnant !

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Soho vient de découvrir sa 4.000e comète Le satellite Soho vient de franchir une nouvelle étape avec la découverte de sa 4.000e comète. Cet événement est d'autant plus important que l'observatoire ne se destinait pas à l'observation de tels objets au moment de sa mise en orbite il y a 25 ans déjà.

Dimanche 13 décembre, Worachate Boonplod annonçait avoir découvert une petite comètecomète sur les images du satellite d'observation du SoleilSoleil Soho. L'objet, confirmé et répertorié comme C/2020 X3 (SohoSoho), a été repéré alors qu'il croisait à quelque 4,3 millions de kilomètres de notre étoileétoile.

D'une taille estimée à une quinzaine de mètres, tout indique qu'il s'agit d'un « énième » morceau en déshérence appartenant au fameux groupe de Kreutz, probable reste d'une grande comète qui s'est brisée il y a plusieurs milliers d'années. Un de plus... qui s'ajoute à la déjà longue liste des quelque 3.524 autres de la même famille, débusqués depuis un quart de siècle dans le girongiron du Soleil, lors de leur passage dans le champ de Soho. À présent, le satellite lancé il y a 25 ans a découvert en tout et pour tout 4.018 comètes. Beaucoup d'entre elles grâce à l'aide de scientifiques-citoyens comme Worachate Boonplod, membre du programme Sungrazer Project.

À gauche, la comète repérée dans le champ du coronographe Lasco C2 de Soho (l'instrument crée une éclipse totale artificielle en continu). À droite, au même moment sur Terre, la Lune recouvrait totalement le Soleil vu d'Amérique du Sud ; et non loin de la couronne solaire, parmi les étoiles devenues visibles en plein jour, la comète l'était aussi. © Nasa, ESA, Soho, Andreas Möller (Arbeitskreis Meteore e.V.), et Joy Ng. (photo de l'éclipse)
À gauche, la comète repérée dans le champ du coronographe Lasco C2 de Soho (l'instrument crée une éclipse totale artificielle en continu). À droite, au même moment sur Terre, la Lune recouvrait totalement le Soleil vu d'Amérique du Sud ; et non loin de la couronne solaire, parmi les étoiles devenues visibles en plein jour, la comète l'était aussi. © Nasa, ESA, Soho, Andreas Möller (Arbeitskreis Meteore e.V.), et Joy Ng. (photo de l'éclipse)

Deux astres chevelus sur la même photo !

Comme le lendemain, une éclipse totale du Soleil plongeait dans l'obscurité les habitants d'une partie de l'Amérique du Sud durant deux minutes, notre chasseur de comète eut l'idée et la curiosité de rechercher les traces de la comète qu'il venait de découvrir sur les photos des astronomesastronomes amateurs qui avaient fait le déplacement pour le grand spectacle céleste.

Sur cette animation, on peut voir le mouvement de la comète découverte le 13 décembre. Au même moment, une éclipse totale du Soleil se déroulait sur Terre, le long d'une bande étroite traversant l'Amérique du Sud. © ESA, Nasa, Soho, Karl Battams
Sur cette animation, on peut voir le mouvement de la comète découverte le 13 décembre. Au même moment, une éclipse totale du Soleil se déroulait sur Terre, le long d'une bande étroite traversant l'Amérique du Sud. © ESA, Nasa, Soho, Karl Battams

Et bingo ! C/2020 X3 est bien là sur cette magnifique photo de Joy Ng. Discrète, tapie dans le ciel obscurci parmi les étoiles devenues visibles quelques instants dans le ciel d'Argentine et du Chili ce 14 décembre, telle un têtardtêtard la queue pointant (toujours) à l'opposé du Soleil. Étymologiquement, le terme « comète » fait référence à la chevelure (astre chevelu) mais comme vous pouvez le constater, le Soleil, hirsute, est de loin le plus chevelu des deux. Sa couronne solaire, révélée par le masque sombre de la LuneLune qui recouvre l'astre solaire, dresse de belles boucles et filaments qui font écho à l'image de Soho prise au même instant. Vous remarquerez au passage que la Lune n'est pas noire sur cette photo, mais plongée dans une pénombrepénombre qui permet de distinguer les reliefs caractéristiques de sa face toujours tournée vers la TerreTerre. C'est la lumièrelumière indirecte du Soleil réfléchie par notre Planète qui l'éclaire doucement. Une photo à tomber par terre !

Voir aussi

Si le cycle solaire 25 est très intense, que faut-il redouter pour la Terre ? Décryptage avec Karl Battams