Sciences

Les scientifiques traquent les éruptions magnétiques du soleil à la Terre

ActualitéClassé sous :Astronomie , tempête spatiale , éruption solaire

Une équipe de chercheurs britanniques et français a utilisé deux engins spatiaux pour suivre le voyage d'une éruption solaire jusqu'à ce qu'elle atteigne la Terre.

Photo montage de l'éjection de masse coronale observée par les instruments de SOHO

Conduite par des scientifiques de l'University College de Londres (UCL), l'équipe désirait savoir comment le champ magnétique lié à une "éjection de masse coronale" (coronal mass ejection - CME) se modifiait au cours de son trajet vers la Terre. Elle a utilisé l'Observatoire solaire et héliosphérique (SOHO) de la NASA ainsi que la sonde Cluster de l'ESA pour suivre sa progression à la trace.

"On a beaucoup spéculé sur la configuration du champ magnétique et sur la manière dont il était susceptible de se modifier durant son trajet du soleil à la Terre", a déclaré Louise Harra, du laboratoire Mullard de sciences spatiales de l'UCL. "En utilisant des satellites complémentaires, nous avons pu constater que le champ magnétique ne se modifiait que très peu en cours de trajet", a-t-elle déclaré.

Déclenchés par une explosion sur le soleil impliquant une quantité d'énergie des millions de fois supérieure à celle d'une bombe nucléaire, les CME sont des bouffées de gaz qui pourraient, en théorie, "engloutir" la Terre. Elles sont causées par la collision entre les lignes de champ magnétique annulaires et les différentes polarités présentes à la surface du soleil.

La Terre est normalement protégée par un champ magnétique appelé magnétosphère. Mais lorsque des CME entrent en collision directe avec elle, elles peuvent déclencher des tempêtes géomagnétiques. Dans les cas extrêmes, cela peut entraîner des coupures de courant électrique et endommager les réseaux de communication et les satellites. S'ils veulent prévoir de telles tempêtes, les scientifiques doivent être en mesure d'identifier les éjections de masse coronale dirigées vers la Terre au moment où celles-ci quittent le soleil. Ils doivent également comprendre comment évoluent les CME.

Une CME avait été détectée en janvier 2004 par la sonde SOHO, qui a ensuite identifié la source de l'éjection. Deux jours plus tard, durant son trajet vers la Terre, le champ magnétique passait à proximité des quatre sondes Cluster de l'ESA, qui ont pu mesurer la vitesse et la direction du champ. Des mesures similaires ont également été effectuées par la sonde ACE de la NASA.

"Les satellites SOHO et Cluster sont parfaitement adaptés pour travailler ensemble", a déclaré Mme Harra. "SOHO 'voit' les explosions se former sur le soleil et Cluster les 'ressent'. La prochaine étape consistera pour nous à prévoir l'éruption de tempêtes sur le soleil", a-t-elle ajouté.

SOHO est stationné à 1,5 million de kilomètres de la Terre, d'où il observe le soleil en permanence. Parmi les découvertes qu'il a permis de réaliser jusqu'à présent: les courants gazeux complexes s'écoulant au-dessous de la surface visible du soleil, et les changements rapides du "dessin" des champs magnétiques.

La sonde Cluster a passé plusieurs années à sillonner le champ magnétique terrestre. Sa mission est de réaliser l'étude la plus détaillée à ce jour sur la manière dont interagissent le soleil et la Terre.

Cela vous intéressera aussi