Sciences

Première observation d'un phénomène solaire

ActualitéClassé sous :Astronomie

-

Les quatre satellites européens de la mission Cluster ont observé, pour la première fois, le retour dans l'espace de particules du vent solaire accélérées après une aurore boréale. Placés sur orbite par des fusées russes Soyouz, à la mi-juillet et la mi-août 2000, les satellites observent les interactions vent solaire-magnétosphère terrestre, dont les effets néfastes se font parfois sentir jusque sur Terre.

Les satellites Clusters. crédit : ESA

En effectuant exactement les mêmes mesures, les satellites procurent, pour la première fois, une vue en trois dimensions du vent solaire, du plasma magnétosphérique, et en particulier des «cornets polaires», par lesquels des particules du vent solaire, émises en continu par le Soleil à raison de dizaines de tonnes à la seconde, peuvent parvenir jusque dans l'atmosphère.

Ces particules y provoquent aurores boréales et orages magnétiques, à l'origine notamment d'interruptions des communications et de surtensions dans les réseaux de distribution d'énergie.

Les satellites ont permis de découvrir que les «cornets» oscillent sous l'action du vent solaire. En traversant, pour la première fois, celui qui se trouve au-dessus du pôle nord, le 14 janvier, à 64 000 km d'altitude, les quatre satellites ont pu observer son changement brusque de position.

Ce même jour, les Cluster ont enregistré la remontée dans l'espace d'un flot d'électrons du vent solaire ayant pénétré dans l'ionosphère et ayant provoqué une aurore boréale.

Guidé par les lignes de champ magnétique terrestre, ce flot d'électrons a causé l'aurore boréale avant de se déplacer dans l'ionosphère et de retourner dans l'espace (guidé par d'autres lignes du champ magnétique) où les Cluster l'ont enregistré.

De négative à son arrivée dans l'ionosphère, la charge électrique des particules s'est inversée: elle est devenue positive.

Les résultats de cette observation sont publiés dans la revue Nature.

Cela vous intéressera aussi