Sciences

La comète de Rosetta se réveille

ActualitéClassé sous :Astronomie , comète , Churyumov-Gerasimenko

Distante encore de plus de 600 millions de kilomètres du Soleil, la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko vient de se réveiller. La sonde spatiale Rosetta, qui est à sa poursuite, a livré plusieurs images de sa reprise d'activité. On y découvre notamment l'apparition de la chevelure enrobant le noyau de cette comète, qui revient visiter le Système solaire interne tous les 6,5 ans en moyenne.

Photographiée ici le 30 avril par Rosetta, la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko arbore une chevelure déjà longue de 1.300 km, signe d’une reprise d’activité. Sa distance avec le Soleil sera le 4 mai de 610 millions de kilomètres. Son noyau, d’une taille estimée à quatre kilomètres, est voilé par son atmosphère de gaz et de poussières. Vues depuis la Terre, Rosetta et la comète qu’elle poursuit traversent la constellation du Sagittaire. Cependant, du point de vue de la sonde spatiale, l’astre chevelu était alors dans Ophiuchus, dans le voisinage (visuel) de l’amas globulaire M107. © Esa, Rosetta, MPS (Osiris), UPD, Lam, IAA, SSO, INTA, UPM, DASP, IDA

La cible de la mission Rosetta a commencé à révéler sa véritable personnalité, celle d'une comète, puisqu'un voile de poussières s'est clairement développé autour d'elle ces six dernières semaines. Les images de la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko présentées dans cette séquence ont été prises entre le 27 mars et le 4 mai, alors que la distance entre le véhicule et la comète était passée de cinq millions à environ deux millions de kilomètres. À la fin de la séquence, le voile poussiéreux de la comète — ou chevelure — s'étire sur environ 1.300 km. En comparaison, le noyau ne mesure qu'approximativement 4 km de diamètre et n'est pas encore visible.

La chevelure de la comète continue de se développer au fur et à mesure qu'elle se rapproche du Soleil (période orbitale de 6,5 années). Même si elle se trouve encore à plus de 600 millions de kilomètres du Soleil — quatre unités astronomiques, donc quatre fois la distance Terre-Soleil —, sa surface a déjà commencé à se réchauffer, ce qui a pour effet de sublimer la glace et dégazer son noyau (lequel est formé de roches et de glace). Lorsque le gaz s'échappe, il emporte un nuage de minuscules particules de poussières qui s'étire lentement pour former la chevelure.

Naissance de la chevelure de la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko

Alors que la comète continue de se rapprocher du Soleil, le réchauffement se poursuit, l'activité augmente et la pression des vents solaires va finalement faire en sorte que les matériaux forment une longue traînée. Rosetta et la comète passeront au plus près du Soleil en août 2015, entre les orbites de la Terre et de Mars.

La sonde spatiale Rosetta, qui a pour mission de traquer la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko tout au long de son périple autour du Soleil (et aussi de déposer le module Philae à sa surface), a photographié sa cible avec la caméra Osiris entre le 27 mars et le 4 mai. Au cours de cette période, la comète a développé sa chevelure, laquelle s’étend désormais sur plus de 1.300 kilomètres. Le vaisseau s’est rapproché entretemps de trois millions de kilomètres et n’a plus que deux millions de kilomètres à parcourir. L’essaim d’étoiles que l’on distingue à l’arrière-plan n’est autre que l’amas globulaire Messier 107 (M107) visible dans la constellation d’Ophiuchus. © Esa, Rosetta, MPS (Osiris), UPD, Lam, IAA, SSO, INTA, UPM, DASP, IDA

L'activité qui débute offre aujourd'hui aux scientifiques l'opportunité d'étudier la production de la poussière et la structure de la chevelure avant même de s'en approcher. « Elle commence à ressembler véritablement à une comète », déclare Holger Sierks, chercheur principal de l'instrument Osiris (système d'imagerie optique, spectroscopique et infrarouge à distance) à l'institut Max-Planck de recherche sur le Système solaire, en Allemagne. « Difficile de croire que d'ici quelques mois, Rosetta sera profondément enfouie dans ce nuage de poussières et en route vers ce qui est à l'origine de l'activité de la comète. »

La sonde Rosetta se prépare

En outre, le suivi des changements périodiques de luminosité révèle que le noyau tourne sur lui-même en 12,4 heures, soit 20 minutes de moins qu'on le pensait auparavant. « Ces observations initiales nous aident à développer des modèles de la comète qui seront essentiels pour nous aider à naviguer autour de celle-ci lorsque nous nous en rapprocherons », explique Sylvain Lodiot, responsable des opérations sur Rosetta à l'Esa.

Osiris et les caméras dédiées à la navigation du véhicule prennent régulièrement des photos pour aider à déterminer la trajectoire exacte de Rosetta par rapport à la comète. Avec l'aide de ces informations, le véhicule a déjà commencé une série de manœuvres qui l'aligneront lentement avec la comète en préparation du rendez-vous qui se déroulera la première semaine d'août. Des observations scientifiques détaillées permettront alors de sélectionner le site le plus approprié à la surface de la comète pour la descente de l'atterrisseur Philae, prévue au mois de novembre 2014.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi