Les prédicateurs de tout poil en sont pour leurs frais. Eux qui annonçaient une série de catastrophes associées à la comète Elenin n'avaient pas prévu que l'astre chevelu s'évaporerait avant son passage au plus près de la Terre...
Cela vous intéressera aussi

Elle n'avait rien d'une grande comètecomète. Elenin (C/2010 X1) devait passer à plus de 30 millions de kilomètres de nous le 17 octobre prochain et son éclat aurait alors péniblement atteint la magnitudemagnitude 6, la rendant à peine décelable à l'œilœil nu. Rien de comparable à ce qu'avait pu nous offrir par exemple la superbe comète Hale-Bopp en 1997. Et pourtant Elenin était très vite devenue une vedette. Découverte le 10 décembre 2010 par l'astronomeastronome russe Leonid Elenin, cette banale comète avait endossé ces derniers mois la responsabilité de tous nos maux dont l'affublaient certains sites InternetInternet pseudo-scientifiques. Au point que de nombreuses mises au point avaient été nécessaires pour expliquer au grand public qu'Elenin n'annonçait pas la fin du monde.

Las, la comète Elenin aura déjoué tous les pronosticspronostics : victime d'une éruption solaire fatale le 20 août, le noyau s'est disloqué en plusieurs morceaux trop petits pour être détectables dans le coronographecoronographe de Soho fin septembre quand la comète est passée à proximité du SoleilSoleil. Habitués à l'étrange et imprévisible comportement des comètes, les astronomes n'ont pas attendu longtemps pour se tourner vers une autre belle visiteuse moins médiatique mais plus brillante, la comète Garradd.