Le décollage de la fusée Atlas V qui emporte la sonde Maven depuis Cap Canaveral, en Floride. L’Atlas V n’a connu qu’un seul échec partiel de lancement à ce jour depuis sa mise en service en 2002. © Nasa, Bill Ingalls

Sciences

En vidéo : le lancement de la sonde Maven vers Mars

ActualitéClassé sous :Astronautique , Maven , mars

La sonde Maven de la Nasa a été correctement injectée sur la trajectoire qui doit la conduire jusqu'à la planète Mars. Elle y étudiera un phénomène heureusement inconnu sur Terre : l'érosion d'une atmosphère sous l'effet du vent solaire.

Lancement de la sonde Maven  Lundi 18 novembre à 13 h 28 en heure locale à Cap Canaveral, un lanceur Atlas V s’arrache du pas de tir 41, emportant la sonde Maven qui filera vers la planète Mars. © Nasa 

Comme nous l'annoncions hier, la Nasa a lancé la sonde Maven (Mars Atmosphere and Volatile Evolution). Au terme d'un voyage de dix mois, l'engin de 2,5 tonnes devrait arriver près de Mars le 22 septembre 2014, à peu près en même temps que la sonde indienne Maangalyaan partie le 5 novembre, et s'installer en orbite.

Le lanceur — une fusée Atlas V — a décollé de Cap Canaveral à 13 h 28 en heure locale, soit 19 h 28 en heure française. Le pas de tir est celui de l'aire de lancement 41 (Air Force station space launch complex 41), dédiée à ce lanceur. Aux dernières nouvelles, la sonde a été injectée sur la bonne trajectoire vers Mars.

L'objectif de la mission Maven est de comprendre comment et pourquoi l'atmosphère de Mars s'érode sous l'action du vent solaire, comme nous l'expliquait Francis Rocard. Protégée par son champ magnétique, la Terre ne subit pas ce phénomène que, du coup, nous connaissons très mal. La Planète rouge, plus petite, s'est refroidie bien plus vite que la Terre, et son noyau ferreux s'est figé voilà plusieurs milliards d'années, faisant disparaître ce champ protecteur. C'est cette érosion, qui se produit dans l'ionosphère martienne, que va étudier la sonde Maven, qui se permettra même, durant quelques orbites, de s'enfoncer dans la haute atmosphère à seulement 120 km d'altitude.