Schéma qui montre les manœuvres que la sonde a été contrainte de réaliser pour atteindre un apogée et une vitesse suffisamment importants pour quitter l’orbite terrestre et s'insérer sur une trajectoire à destination de Mars. © Isro

Sciences

La sonde indienne Mangalyaan enfin en route vers Mars

ActualitéClassé sous :Astronautique , Mangalyaan , mars

C'est fait. La sonde de l'agence spatiale indienne (Isro) a définitivement quitté la Terre. Elle vient de s'élancer pour un voyage interplanétaire de dix mois à destination de Mars qui lui fera parcourir quelque 680 millions de kilomètres. Rendez-vous en septembre 2014 pour la mise en orbite autour de la Planète rouge.

Mangalyaan, la première sonde interplanétaire de l'Inde, a été lancée le 5 novembre à bord d'un lanceur PSLV. Depuis, la sonde tournait autour de la Terre afin d'acquérir suffisamment de vitesse pour s'échapper de la gravité terrestre et commencer son voyage à destination de Mars.

En effet, le lanceur PSLV n'était pas suffisamment puissant pour placer la sonde sur une trajectoire directe vers Mars. Il a mis Mangalyaan sur une orbite elliptique autour de la Terre avec un périgée de 248 km et un apogée de 23.550 km. Pour donner suffisamment de vitesse à la sonde, l'Isro lui a fait réaliser six manœuvres afin de rehausser son apogée, le point le plus éloigné de la Terre. Initialement, cinq interventions étaient prévues, mais la sonde a dû s'y reprendre à deux fois pour réaliser la troisième manœuvre qui devait l'amener d'un apogée de 40.183 km à un autre à 78.722 km (quatrième manœuvre, si l'on tient compte de la mise en orbite).

La sonde martienne de l'Isro, l’agence spatiale indienne, en phase de test. Mangalyaan devrait arriver au voisinage de Mars en septembre 2014. © Isro

Voyage de dix mois vers Mars

Ces manœuvres ont consisté à rallumer pendant un certain nombre de minutes le moteur de la sonde pour rehausser à chaque fois son apogée. Au final, la sonde a atteint la vitesse et l'apogée prévus (plus de 192.000 km). Le 1er décembre, Mangalyaan a de nouveau allumé son moteur, cette fois pendant 23 minutes, ce qui lui a permis de quitter l'orbite terrestre et de s'insérer sur une trajectoire à destination de Mars. Cette dernière manœuvre autour de la Terre a occasionné une consommation de carburant de 198 kg et donné à la sonde un surcroît de vitesse de 647,96 m/s.

Si tout se passe bien (trois corrections de trajectoire sont prévues), Mangalyaan devrait arriver dans les environs de Mars en septembre 2014, deux jours après la sonde Maven de la Nasa qui, elle, a été lancée le 18 novembre dernier. L'insertion en orbite autour de la planète est prévue le 24 septembre. Le moteur de la sonde sera allumé pendant 29 minutes, afin de la ralentir et de la placer sur une orbite très elliptique autour de Mars avec un périgée de moins de 500 km, un apogée de quelque 80.000 km et une période de révolution d'environ 77 heures.

Programme scientifique basique pour Mangalyaan

La sonde a pour objectif d'étudier l'atmosphère martienne à l'aide de cinq instruments scientifiques assez classiques, à l'exception d'un spectromètre infrarouge lointain. Elle comporte également une caméra dans le visible, un analyseur de l'exosphère neutre, un détecteur de méthane et un photomètre Lyman-alpha. La mission indienne accomplira des observations maintes fois réalisées, de sorte que Mangalyaan répondra à des questions dont on connaît déjà les réponses.

Cette image a été acquise par Mangalyaan depuis une distance de 70.000 km. Elle donne une petite idée de ce que l’on peut attendre de ses futurs clichés martiens. © Isro

Cependant, soyons indulgents. Si les objectifs indiens sont limités avec cette mission, ils s'expliquent par le fait que l'Inde a tout à apprendre. C'est la première fois que cette puissance spatiale émergente se frotte à l'espace lointain. Avec sa sonde Chandrayaan-1, elle s'était cantonnée à la Lune, avec tout de même un beau succès à la clé.

Avec cette mission vers Mars, l'Inde devra maîtriser bon nombre de technologies nouvelles pour elle, et va vite découvrir les joies de la navigation interplanétaire et le stress de l'insertion en orbite autour de Mars.

Cela vous intéressera aussi