Ce schéma montre les quatre premiers apogées de la sonde Maangalyaan autour de la Terre. La quatrième manœuvre, qui devait l'amener de 71.623 km à quelque 100.000 kilomètres, s'est soldée par un échec. La sonde s'est retrouvée à seulement 78.722 km et une vitesse trop faible. La manœuvre réalisée le 12 novembre dans l'urgence a permis d'amener Maangalyaan à 118.642 km et d'augmenter sa vitesse. © Isro

Sciences

Petite frayeur orbitale pour la sonde Maangalyaan vers Mars

ActualitéClassé sous :Astronautique , Mangalyaan , mars

Lancée voilà quelques jours à destination de Mars, la sonde fait toujours des ronds autour de la Terre. Avant d'entamer son voyage vers la Planète rouge, elle doit atteindre une certaine vitesse à l'aide de six rallumages de son moteur pour rehausser son orbite. Lors de la quatrième manœuvre, le moteur n'a pas fonctionné suffisamment longtemps.

Bien qu'elle ait été lancée le 5 novembre à destination de Mars, la sonde Maangalyaan de l'agence spatiale indienne (Isro, Indian Space Research Organisation) est toujours en orbite autour de la Terre. Rien de surprenant. Pour compenser la faible poussée du lanceur, les ingénieurs ont décidé de la faire tourner pendant un mois autour de la Terre afin de lui faire prendre assez de vitesse pour s'échapper de la gravité terrestre et atteindre Mars.

Cependant, ces « ronds » autour de la Terre ne suffisent pas. Pour atteindre la bonne vitesse, l'Isro a calculé que six manœuvres de rehaussement d'orbite sont nécessaires. Elles consistent à rallumer pendant quelques minutes le moteur de la sonde pour rehausser à chaque fois son apogée, le point le plus éloigné de la Terre. À contrario, le point le plus proche se nomme le périgée. Les manœuvres lui insufflent également un supplément de vitesse d'une centaine de mètres par seconde. Au terme de ses six manœuvres, le but est d'obtenir une vitesse suffisamment grande et un apogée de 192.000 km au 1er décembre. C'est à cette date que la sonde commencera son trajet de neuf mois pour atteindre la Planète rouge.

Preuve de l’intérêt que suscite Maangalyaan auprès du grand public, d’après le site N2YO, cette mission martienne est devenue la plus suivie dans le monde. © Isro

Le moteur de Maangalyaan rallumé pour rattraper sa trajectoire

Si les trois premières manœuvres se sont bien déroulées, lors de la quatrième, le moteur n'a pas fonctionné suffisamment longtemps. Résultat, au lieu d'atteindre les 100.000 km visés, la sonde s'est retrouvée sur une orbite plus basse avec un apogée de seulement 78.276 km. Pour rattraper le coup, les ingénieurs de l'Isro ont été contraints de rallumer le moteur le 12 novembre, le faisant fonctionner durant 303 s. La sonde s'est ainsi retrouvée sur une orbite elliptique dont l'altitude de l'apogée est de 118.642 km.

Au terme de son voyage interplanétaire, Maangalyaan se placera sur une orbite très elliptique autour de Mars, avec un périgée de 500 km et un apogée de 80.000 km. La sonde a pour objectif d'étudier l'atmosphère martienne à l'aide de cinq instruments scientifiques assez classiques, à l'exception d'un spectromètre infrarouge lointain. Elle comporte également une caméra dans le visible, un analyseur de l'exosphère neutre, un détecteur de méthane et un photomètre Lyman alpha.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi