Des archéologues ont déterré le squelette d’un enfant de 10 ans, enterré comme un vampire. © David Pickel, Stanford University

Sciences

Une "sépulture vampire" pour un enfant dans un cimetière du Ve siècle

ActualitéClassé sous :archéologie , tombe , squelette

Un enfant de 10 ans enterré comme s'il avait été un vampire. Avec une pierre enfoncée dans la bouche pour l'empêcher de revenir d'entre les morts. C'est quelque part en Italie, dans un cimetière datant du Ve siècle, que des archéologues ont fait cette découverte macabre.

Cet été, des archéologues de l'université de l’Arizona (États-Unis) ont fait une découverte inhabituelle : une « sépulture vampire » comme ils l'appellent. Un enfant de dix ans, enterré là, dans un cimetière que les spécialistes pensaient réservé aux bébés ou aux très jeunes enfants. Le « Cimetière des Bébés » de Lugnano in Teverina, en Italie. Un cimetière installé dans la région au Ve siècle, alors qu'une épidémie de malaria ravageait les environs.

Le squelette de l’enfant a été retrouvé, couché sur le côté gauche dans ce qui ressemble à une tombe improvisée, constituée de deux grandes tuiles appuyées contre un mur. Mais surtout, avec une pierre placée dans sa bouche. Des marques de dents ont pu y être retrouvées, confirmant le fait que celle-ci a été placée là intentionnellement.

La pierre retrouvée dans la bouche de l’enfant comporte des traces de dents, preuves qu’elle a été placée là intentionnellement. © David Pickel, Stanford University

Une pierre contre la malaria

Des sépultures similaires ont déjà été retrouvées ailleurs. À Venise, par exemple, une femme âgée du XVIe siècle a été découverte en 2009 avec une brique dans la bouche. On la surnomme depuis, le « vampire de Venise »« Ce traitement semble indiquer une crainte que cette personne ne revienne d'entre les morts et tente de propager la maladie aux vivants », explique Jordan Wilson, un archéobiologiste.

Le squelette n'a pas encore subi de tests ADN. Mais un abcès dentaire a pu y être identifié. Il est interprété comme un effet secondaire de la malaria dont l'enfant pourrait donc bien avoir été la victime. Et ce serait donc pour l'empêcher de propager l'épidémie qu'il se serait retrouvé avec une pierre dans la bouche. Pour en apprendre davantage, les chercheurs retourneront dans la région l'été prochain et poursuivront leurs fouilles.

« Cette pierre est une curiosité de plus dans un cimetière tout à fait unique », souligne David Pickel, responsable de l'excavation.
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Les experts du passé : le mystère du squelette à la dent de fer  Lors de fouilles réalisées dans le département de l’Aube, des archéologues ont mis au jour un squelette. Dans sa bouche, une dent manquante a été remplacée par une prothèse métallique. Afin d’en savoir plus sur les conditions de cette intervention, l’Inrap (Institut national de recherches archéologiques préventives) mène l’enquête au cours de cet épisode des Experts du passé.