Un délicat fragment d'os noirci et taillé en forme d'oiseau complète la vision des chercheurs sur l'évolution de la sculpture en Chine. Datant du Paléolithique, ce précieux objet aurait plus de 13.500 ans.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Les experts du passé : les Hommes du Néolithique étaient-ils cannibales ? Déterminer la fonction d’un site archéologique peut mener à des conclusions inattendues. À quelques kilomètres de Calais, des archéologues de l’Inrap (Institut national de recherches archéologiques préventives) ont découvert de nombreux vestiges de coquillages, d'animaux et même d'humains. Cela signifie-t-il que les Hommes du Néolithique s'adonnaient au cannibalisme ? L'équipe essaye de comprendre la provenance de ces trouvailles dans cet épisode des Experts du passé et elle n'est pas au bout de ses surprises.

Une équipe de chercheurs internationale, menée par l'archéologue Zhanyang Li, vient de livrer de nouvelles informations au sujet d'une statuette découverte sur le site de Lingjing, dans la province chinoise du Henan. Représentant les formes gracieuses d'un petit oiseauoiseau, l'objet aurait été taillé à l'aide de quatre techniques différentes dans un os de mammifèremammifère, avant d'être noirci à la chaleurchaleur du feufeu. Il s'agit là de la plus ancienne œuvre d'art portable tridimensionnelle jamais découverte en Asie de l'Est, les exemples mis au jour auparavant datant au plus tôt du Néolithique.

Un style unique, et ancien

« La découverte identifie une tradition artistique originale et repousse de plus de 8.500 ans en arrière les représentations d'oiseaux dans l'art en Chine », ont commenté les auteurs, qui estiment que la statuette aurait entre 13.000 et 13.800 ans. Son stylestyle particulier permet de la distinguer d'autres œuvres de l'époque, découvertes en Europe de l'Ouest ou en Sibérie. Il s'agit d'ailleurs de la seule sculpture du Paléolithique connue présentant un animal sur un piédestal.

L'oiseau sculpté accompagné d'une modélisation en 3D. © Francesco d’Errico et Luc Doyon
L'oiseau sculpté accompagné d'une modélisation en 3D. © Francesco d’Errico et Luc Doyon

Au croisement de plusieurs techniques

Bien que l'objet ait été poli par le temps et de nombreuses manipulations, ses traits délicats sont encore distinctement visibles, ainsi que les traces du passage des outils qui ont servi à le former. Son admirable état de préservation a permis à l'équipe de l'étudier sous toutes ses coutures afin de déterminer comment celui-ci a été produit. Ainsi, ils ont pu identifier l'utilisation de quatre techniques : incision, abrasionabrasion, raclage, ainsi que l'emploi de gouges pour creuser dans la pierre. Un soin tout particulier semble avoir été porté à la représentation du becbec et de l'œilœil situé sur la droite de sa tête. L'étude, parue dans la revue PLOS One, présente en détail les différentes facettes de cet oiseau millénaire.