Sciences

Le saut en parachute de Felix Baumgartner est reporté

ActualitéClassé sous :aéronautique , saut en parachute , Felix Baumgartner

Il y avait trop de vent pour l'envol hier soir : le parachutiste autrichien Felix Baumgartner était prêt mais il a dû abandonner. Le saut depuis la stratosphère avec passage du mur du son en chute libre, baptisé Red Bull Stratos, est reporté à plus tard.

Le vent malmène le ballon d'hélium. Les rafales atteignent par moment 40 km/h. Le décollage est compromis. L'équipe au sol décide d'interrompre les opérations. Felix Baumgartner, très déçu, va bientôt sortir de la capsule. Il devra attendre une autre occasion pour son saut depuis la stratosphère. © Red Bull/YouTube

Hier matin, en heure locale, Felix Baumgartner, près de Roswell, au Nouveau-Mexique, était installé dans la capsule, revêtu de sa combinaison spatiale, qui lui permettait de mettre le nez dehors à plus de 36 km au-dessus du sol, dans la stratosphère, où la pression est plus faible qu'à la surface de la planète Mars.

Il avait terminé sa séance de dénitrogénation (pour expurger de son corps l'azote qui serait excédentaire à basse pression), comme le font les astronautes de l'ISS avant une sortie extravéhiculaire. Mais à 11 h 42 (19 h 42 en heure française), le vent continuait à souffler à environ 27 km/h, avec des rafales à 40, et le gonflage de son grand ballon d'hélium était déjà problématique.

La mère de Felix Baumgartner pendant les préparatifs du décollage. Pas vraiment rassurée... (Extrait de la vidéo de la retransmission en direct.) © Red Bull YouTube

Un record qui tient depuis 1960

L'équipe au sol a finalement décidé d'interrompre le décollage et donc d'abandonner pour ce jour-là la tentative du triple record du monde : saut le plus haut, plus grande vitesse en chute libre et passage du mur du son.

Comme cherchait à le faire le Français Michel Fournier, le téméraire Felix Baumgartner veut en effet devenir le premier homme supersonique, c'est-à-dire le premier à franchir le mur du son en chute libre. Il n'est peut-être pas le premier, d'ailleurs, puisqu'en 1960, Joe Kittinger, un pilote de l'armée de l'air des États-Unis, avait sauté d'un ballon à 31 km d'altitude et a toujours prétendu avoir franchi cette barrière fatidique. Mais la preuve instrumentale manque. Aujourd'hui, ce pionnier fait partie de l'équipe de Felix Baumgartner.

Hier, près de Roswell, Nouveau-Mexique, Felix Baumgartner se prépare. En arrière-plan, la capsule pressurisée qui sera accrochée à un ballon d'hélium. © Red Bull

Projet remis mais pas abandonné

L'homme a déjà plusieurs records à son actif, surtout dans cette discipline exigeante qu'est le base jump, c'est-à-dire le saut depuis une montagne, un immeuble, un pont... ou une statue. En 1999, Baumgartner s'est adjugé le record du saut le plus bas en s'élançant du bras de la statue du Christ dans la baie de Rio de Janeiro. Il n'avait que 28 m d'air sous les pieds mais en fait, tout de même davantage car il a pu dépasser le sommet au pied de la statue et descendre tranquillement jusqu'à la ville, au niveau de la mer.

Promis : le projet Red Bull Stratos tient toujours et le saut sera de nouveau tenté. Mais comme l'avait expérimenté Michel Fournier, ce genre de tentative exige de lourds moyens et une équipe mobilisée. Il ne suffit pas de revenir le lendemain pour recommencer. Affaire à suivre, donc...

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi