Mieux décrypter les sauts du patinage artistique. © Sergey Nivens, fotolia

Santé

JO d’hiver : les différents sauts dans le patinage artistique

Question/RéponseClassé sous :Sport , jeux olympiques , Jeux olympiques 2018

Les spécialistes de patinage artistique enchainent les difficultés sur la glace. Il n'est pas toujours facile de différencier les sauts et les principales difficultés. Voici quelques repères pour mieux décrypter cette discipline olympique.

Rotation, pied d'appel, position du pied arrière, réception, les critères pour différencier les sauts sont multiples dans le patinage artistique. Pas facile de s'y retrouver d'autant plus que les meilleurs réalisent désormais des quadruples rotations et parviennent même à enchaîner les sauts !

Avant d'essayer de les reconnaître, il est essentiel de prendre en compte la nature des carres du patineur. Le côté extérieur de la lame du patin est appelé carre dehors et le côté intérieur, carre dedans. Dans les enchaînements de petits pas, les patineurs multiplient les changements de carres. Les sauts sont répertoriés dans deux familles : les sauts de carre et les sauts piqués.

Les sauts de carre dans le patinage artistique

Axel

Le patineur part en avant, sur la carre extérieure, réalise sa rotation et se réceptionne à nouveau sur une carre extérieure, mais de dos. La figure tient son nom du Norvégien Axel Paulsen, premier à réaliser cette figure à la fin du XIXe siècle. C'est une des difficultés majeures du patinage puisqu'une demi-rotation est ajoutée pour passer de l'avant à l'arrière.

Salchow

Inventé par le Suédois Ulrich Salchow au début du XXe siècle. Le patineur part en arrière mais ne croise pas les jambes lors de sa rotation. Sa jambe libre aide la rotation.

Boucle (ou Rittberger)

Imaginée par l'Allemand Werner Rittberger en 1910, la boucle débute en carre extérieure arrière. Lors du saut, le patineur croise les pieds ce qui différencie la figure du salchow.

Les sauts piqués dans le patinage artistique

Boucle piqué

Le boucle piqué (et non pas la boucle piquée) débute comme une boucle mais est agrémenté d'un piqué de l'autre pied avec une rotation autour de ce pied. On part carre dehors arrière du pied droit, on pique le pied gauche, et réception pied droit.

Flip
Le départ est le même que pour le salchow mais avec un piqué du pied extérieur. L'appel se fait donc carre dedans du pied gauche, le piqué du pied droit, réception pied droit. Sa présentation vers l'avant avec un changement de carre au dernier moment permet de le reconnaître plus facilement.

Lutz
C'est un saut en contre rotation par rapport à la carre d'appel. Il fut créé par l'Autrichien Alois Lutz. Le patineur se présente en arrière, se met en carre dehors arrière sur le pied gauche, pique du pied droit, et se réceptionne sur le pied droit.

Le premier double fut réalisé en 1925 par l'Autrichien Karl Schäfer. L'Américain Dick Button s'offrit le premier triple boucle en 1952 et le Canadien Kurt Browning le premier quadruple boucle piqué en 1988.

Autres figures majeures dans le patinage artistique

Les pirouettes constituent un autre élément déterminant dans la prestation des patineurs. Il s'agit de rotations sur un point fixe de la glace. La position des bras et des jambes, la vitesse de rotation, le nombre de tours sont autant d'éléments pris en compte par les juges pour ces rotations qui peuvent être effectuées en position debout, assise, et même allongée (arabesque). Les patineurs les effectuent soit après avoir glissé, soit à la réception d'un petit saut.

Dans les compétitions de danse ou de couples, les portées tiennent également un rôle majeur dans la notation des juges sensibles tant à la difficulté technique qu'à l'aspect artistique.

Cela vous intéressera aussi