Santé

Les virus comme moteurs de l’évolution

Dossier - Les virus amis ou ennemis ?
DossierClassé sous :biologie , virus , maladie

-

Les virus nous côtoient depuis des milliers d’années et nous nous sommes tellement bien adaptés à certains d’entre eux, et réciproquement, que de nombreux virus nous infectent sans que nous nous en rendions compte. Mais limiter notre connaissance du monde des virus aux seuls virus pathogènes serait une erreur. En effet, l’étude de la « virosphère » pourrait nous renseigner sur l’origine même de la vie et l’émergence de la biodiversité sur notre planète.

  
DossiersLes virus amis ou ennemis ?
 

On estime qu'il existe sur notre planète près de 1031 particules virales différentes, une diversité infiniment supérieure à celle cumulée des organismes des trois règnes du vivant (Hamilton, 2006). Aujourd'hui, nous en connaissons quelques 10000 différents, c'est dire notre ignorance à leur égard. Les milieux marins concentrent une grande majorité de ces virus, principalement des bactériophages, encore inconnus, qui semblent jouer un rôle crucial dans les équilibres marins (Angly et al., 2006).

Parce que considérés comme objets inertes, on pensait que les virus ne jouaient aucun rôle dans l'évolution. Aujourd'hui, nous savons que les virus ont leur propre histoire évolutive remontant à l'origine même de la vie. Certains scientifiques affirment que les virus pourraient être à l'origine de l'apparition de la molécule d'ADN (Forterre, 2006; Whitfield, 2006 ) et même du noyau cellulaire (Pennisi, 2004).

Structure de base d'un virus A. nonenveloped virus, B. enveloped virus.
1 - Capsid
2 - Nucleic acid
3 - Capsomer
4 - Nucleocapsid
5 - Virion
6 - Envelope
7 - Spike (envelope glycoproteins)

Les virus inventent à tout moment de nouveaux gènes, de nouvelles fonctions, dont nous n'avons pas la moindre idée, mais qui constituent une source d'innovation génétique extraordinaire. A l'image des rétrovirus endogènes qui représentent 10% de notre patrimoine génétique et qui sont impliqués dans la formation de notre placenta (de Parseval and Heidmann, 2005). Les gènes viraux pourraient constituer une réserve de gènes susceptibles d'enrichir les génomes des organismes des trois règnes du vivant, alimentant leur propre évolution.

Le monde viral est extrêmement complexe et se limiter à l'étude des seuls virus pathogènes ne serait pas judicieux. L'étude de la « virosphère » pourrait nous renseigner sur l'origine même de la vie et l'émergence de la biodiversité sur notre planète.