Santé

Les premiers spermatozoïdes

Dossier - Conflit sexuel et spermatozoïdes
DossierClassé sous :biologie , reproduction , évolution

-

Quels sont les processus intimes de la reproduction ? Qu'est-ce qui fait qu'à un moment donné, des individus issus de groupes différents ne peuvent plus se reproduire ? Qu'est-ce que la sélection sexuelle ? Comment les espèces apparaissent-elles ? Comment expliquer le gigantisme spermatique de certaines espèces ?

  
DossiersConflit sexuel et spermatozoïdes
 

Comme nombre de découvertes scientifiques, c'est finalement de façon fortuite qu'un drapier hollandais, Antony Van Leuwenhok, découvre et observe au 17ème siècle de minuscules cellules mobiles, appelées ultérieurement "spermatozoïdes".

Spermatozoïdes et ovule. © Nicotombo - Shutterstock
Anthony Van Leuwenhok © J. Verkolje Domaine public Wikipedia

Considéré comme le père de la protozoologie, il passait son temps libre à fabriquer des microscopes (500 environ) avec lesquels il a tout d'abord étudié la pureté des étoffes qu'il commercialisait, puis très vite s'est adonné à l'observation de tout ce qui pouvait lui tomber sous la main (matériaux, milieux divers, organismes vivants, etc...).

C'est lui, qui, pour la première fois, a examiné des bactéries, des protozoaires, et toutes sortes d'autres types cellulaires. Ces microscopes (voir une illustration dans le dossier de Virginie Chapron, http://www.futura-sciences.com/sante/dossiers/medecine-bacteries-uranium-font-bon-menage-706/page/2/) pouvaient grossir jusqu'à 300 fois, ce qui était bien plus que les appareils de son époque ne pouvaient faire. Bien que n'étant pas un scientifique, ces multiples observations lui valurent une renommé internationale qui lui ouvrirent les porte de la prestigieuse Royal Society  de Londres.

Ci-dessus repréntation d’un homoncule correspondant à un germe humain et par extension la première drosophiloncule.

Ses travaux sur les cycles de vie des animaux le conduisirent à s'opposer à la théorie de la génération spontanée par l'observation des différents stades larvaires. C'est en 1677 qu'il décrit pour la première fois les spermatozoïdes chez les insectes, le chien et l'homme, qu'il appelle des "animalcules". Les études minutieuses qu'il fit sur les spermatozoïdes l'amenèrent à les considérer comme les seuls germes animaux, l'œuf n'ayant qu'un rôle nourricier. Ses travaux allaient opposer pendant plus d'un siècle les "ovistes", partisans de la théorie selon laquelle la naissance d'un nouvel être est réalisée à partir de l'ovule,  aux "animalculistes", théorie selon laquelle l' individu dans sa totalité est contenu dans une cellule animée grâce à une queue que l'on peut trouver dans le sperme des animaux. Le terme de spermatozoïde n'a, lui, été utilisé qu'au 19ème siècle.