Les antisecrétoires anti-H2, progressivement supplantés par les IPP. © Phovoir

Santé

Antisécrétoire anti-H2

DéfinitionClassé sous :médecine , inhibiteur de la pompe à protons , IPP

Les antagonistes des récepteurs à l'histamine de type 2 sont utilisés dans un large champ de prescriptions, incluant la dyspepsie non ulcéreuse et les œsophagites. En revanche, contrairement aux inhibiteurs de la pompe à protons (IPP), ils ne sont pas autorisés dans la prévention des lésions gastriques dues aux anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS). Utilisés depuis plusieurs décennies, les anti-H2 ont été supplantés par les IPP.

 Comment agissent les antisécrétoires H2 ?

Les antagonistes des récepteurs H2 inhibent la sécrétion d'acide en bloquant sélectivement les récepteurs membranaires H2 des cellules pariétales de l'estomac. C'est-à-dire les cellules situées dans la paroi gastrique. Leur effet antisécrétoire est rapide et d'intensité modérée.

 Effets secondaires et précautions

Les effets indésirables les plus fréquemment rapportés sont : diarrhée, asthénie, douleurs musculaires, éruptions cutanées, atteintes hépatiques. Des cas de confusion mentale ont également été rapportés. Exceptionnellement, une pancréatite aiguë peut survenir.

 Sources :

  • Merck Manuel 4e édition
  • Afssaps, site consulté le 5 juillet 2011
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi