Une étude publiée dans Nature Medicine dévoile deux mécanismes qui permettent à l'organisme de contrôler la réplication du VIH sans l'aide des antirétroviraux.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] VIH : le premier cas de guérison ? Un brésilien diagnostiqué il y a 8 ans serait possiblement guéri du VIH sur le long terme !

Une étude - dirigée par Anthony Fauci et son collègue du département d'immuno-virologie Tae-Wook Chun - met en lumièrelumière deux mécanismes grâce auxquels l'organisme peut contrôler une infection au VIH sans antirétroviraux. Cette découverte a été permise grâce au suivi médical strict de deux patients séropositifsséropositifs qui ont arrêté le traitement qu'ils prenaient depuis plus de six ans. Pendant plusieurs années, les médecins ont surveillé la résurgence du VIH, c'est-à-dire les moments où les virions sont détectables dans le sang. Les détails sont parus dans Nature Medicine.

Voir aussi

En image : les dessous du virus du Sida

Illustration en 3D du virus de l'immunodéficience humaine (VIH). © visualscience
Illustration en 3D du virus de l'immunodéficience humaine (VIH). © visualscience

Anticorps neutralisants et lymphocytes à l'attaque du VIH

Le premier patient a été suivi pendant trois ans et demi, jusqu'à ce qu'il reprenne son traitement antirétroviral sans en informer l'équipe scientifique. Pendant ces années, l'immunité du patient est parvenue à contrôler la réplication du virusvirus, malgré quelques résurgences du VIHVIH. Les scientifiques ont observé chez ce patient un taux très élevé de lymphocytes TCD8 capables de détruire les cellules infectées par le VIH.

Le second patient a mis sous silence le virus pendant presque quatre ans, jusqu'à ce qu'il soit infecté par une autre souche du VIH lors d'un phénomène appelé « superinfection ». Cette « superinfection » a engendré une résurgence soudaine du virus. Le mécanisme à l'œuvre ici n'est pas le même que pour le premier patient. Ce second patient ne présentait pas un taux de TCD8 très important mais des anticorpsanticorps neutralisants spécifiques du VIH très efficients. Les scientifiques pensent que ces derniers sont particulièrement efficaces pour presque éteindre la réplication du VIH.

Ces résultats pourraient agir en faveur de nouveaux outils ou protocoleprotocole pour contrôler la réplication du VIH sans avoir recours aux antirétroviraux, qui pris tout au long de la vie, ont d'importants effets secondaires.