Santé

Sous Montpellier, les derniers grands chasseurs du Languedoc

ActualitéClassé sous :vie , fouille , archéologie

A l'occasion de l'aménagement de la ligne 2 du tramway de Montpellier, une fouille a été réalisée rue de Fontaine du Pila, par une équipe de l'Inrap et du CNRS, sur prescription du Service régional de l'archéologie (Direction régionale des affaires culturelles). Les archéologues viennent d'y découvrir les plus anciens vestiges d'occupation humaine de Montpellier, bien avant la création de la ville !

Des chasseurs de la fin du Paléolithique à Montpellier

Site paléolithique en cours de fouille. © : F. Bazile 2006 Reproduction et utilisation interdites

Il y a 11 500 ans, au bord du Verdanson, des chasseurs ont implanté leur campement. Ce groupe a laissé derrière lui un outillage de pierre caractéristique d'une culture de l'épipaléolithique, une période de tradition purement paléolithique située après la disparition du renne, il y a 12 000 ans. Ces outils de pierre se composent de nombreux grattoirs, associés à des lamelles à dos et petites pointes à dos courbes, ainsi que de quelques rares burins. Une petite pointe en os accroît l'intérêt de la série.

Grattoir (environ 11500 B.P.). © : F. Bazile, 2006 Reproduction et utilisation interdites

La matière première utilisée (silex, mais également quartz) est très diversifiée et suggère de nombreuses sources d'approvisionnement. Une étude approfondie de ces matières premières permettra sans doute de reconstituer les parcours de ce groupe de chasseurs.

Dans ce campement, la faune est abondante : cerf, aurochs, sanglier, mais aussi bouquetin et âne sauvage (Equus hydruntinus). Le renne, encore présent au Magdalénien final (il y a 12 000 ans), a déjà déserté la France méditerranéenne. Ces quelques éléments indiqueraient une ambiance climatique plutôt tempérée (forestière). On note également la présence de petits gibiers (lapin et lièvre) et d'assez nombreux restes de poissons.

Pointe à dos sub anguleux. Ce type d'objet, large et trapu, est caractéristique de l'Epipaléolithique (environ 11500 B.P.). Il est accompagné de petits grattoirs et de rares lamelles à dos. © : F. Bazile, 2006 Reproduction et utilisation interdites

Cette nouvelle fouille apportera des données fondamentales sur l'environnement et le climat entre la fin des temps glaciaires et le régime actuel.

L'un des rares sites épipaléolithiques du Languedoc Oriental

Le site de la Fontaine du Pila Saint Gély apporte aujourd'hui des données nouvelles et capitales pour la Préhistoire des derniers grands chasseurs en Languedoc. En effet les sites de cette époque sont rarissimes en Languedoc. Avec la Baume de Valorgues à Saint-Quentin la Poterie (Gard) fouillé dans les années 1950, on ne peut guère mentionner que le site de la Grange des Merveilles II à Rochefort du Gard fouillé en 1996 sur le tracé du TGV Méditerranée.

Cela vous intéressera aussi