Pour plusieurs médecins de différents services, les mesures prises pour assurer la rentrée scolaire en cette période de pandémie sont insuffisantes. Ils ont publié une tribune dans le journal Le Parisien pour faire entendre leur désarroi et leurs revendications.

Cela vous intéressera aussi

Une récente tribune parue dans Le Parisien annonce la couleurcouleur : « À quelques jours de la rentrée, l'école n'est pas prête : port du masque, aération des espaces, enseignement à distance, allègement des effectifs des classes, rien de tout cela ne sera mis en place dans l'ensemble des établissements le 1er septembre ».

Depuis quelques semaines, la Covid-19 regagne du terrain. Une partie de la hausse constatée correspond bien sûr au nombre de tests plus fréquents, mais pas que. En effet, la circulation du virus est bel et bien plus active car l'augmentation du nombre de patients positifs est bien supérieure à l'augmentation du nombre de tests réalisés. Cela peut s'expliquer, a priori, par la reprise de la « vie normale » et le respect plus ou moins rigoureux des mesures barrières par les individus.

Les mesures barrières sont essentielles pour réduire la circulation du virus. © lukpedclub, Adobe Stock
Les mesures barrières sont essentielles pour réduire la circulation du virus. © lukpedclub, Adobe Stock

Les mesures proposées

Les mesures proposées par ce collectif de médecins sont plus contraignantes, les voici : 

  • le port du masque en lieu clos pour tous les élèves de plus de six ans. En effet, on sait que les lieux clos sont propices à la formation d'aérosols infectieux et que les enfants ont une charge viralecharge virale variable mais bien présente lorsqu'ils sont infectés. Pourtant, la Société française de pédiatriepédiatrie affirme qu'il existe un consensus sur le fait que les enfants de moins de 10 ans ne contribuent presque pas à l'épidémieépidémie ;
  • les mesures d'aération déjà préconisées avec l'aide d'appareils mesurant la qualité de l'airair ;
  • appliquer dès maintenant des mesures plus drastiques (allègement du nombre d'élèves, école à distance, etc.) dans les régions où le virusvirus circule déjà fortement ;
  • faire de la pédagogie sur la conduite à tenir si un cas est positif pour une réactivité exemplaire et instaurer un système efficient et transparenttransparent pour que les données soient accessibles le plus rapidement possible. 

Ces quatre mesures phares sont cohérentes d'un point de vue sanitaire mis à part la première qui est différente de l'avis de la Société française de pédiatrie.

Le collectif de médecins signataires cite bon nombre de pays ayant adopté de telles stratégies, voire parfois des mesures encore plus drastiques. Pour la santé de la population, l'économie du pays et l'éducation des enfants, la bonne balance bénéfices-risques reste encore et toujours à déterminer par le gouvernement, au fur et à mesure que les données scientifiques évoluent.