Le ministère de l’Agriculture a confirmé un cas de vache folle, ou ESB (encéphalopathie spongiforme bovine), dans un élevage des Ardennes. Il n’y aurait toutefois pas à ce jour de risque lié à la consommation de viande bovine. Le dernier cas sur le territoire français remonte à 2004.
Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Interview 5/5 : excès ou absence de viande consommée sont-ils néfastes ? Les régimes végétariens sont à la mode, mais quelles sont les conséquences de la suppression dnull

Le cas d'encéphalopathie spongiforme bovine (ESBESB) détecté chez une vache de race Salers âgée de 5 ans et décédée prématurément dans un élevage des Ardennes a été confirmé mercredi 23 mars par le laboratoire de référence de l'Union européenne (LRUE), indique le ministère de l’Agriculture. Une donnée ensuite relayée à la Commission européenne et à l'Organisation mondiale de la santéOrganisation mondiale de la santé animale (OIEOIE).

Le ministère indique que la consommation de viande bovine reste sans risque pour l'Homme. Toutefois, ce cas isolé impose une adaptation du traitement de certaines parties d'animaux non destinées à la consommation. Sont concernés, les « tissus et abats considérés comme représentant un risque au regardregard des Encéphalopathies spongiformes subaiguës transmissibles (ESST), explique le site du ministère en raison de leur appartenance aux systèmes nerveux et lymphoïdelymphoïde, sites d'accumulation privilégiés du prion chez un animal atteint ».

Les mesures à suivre seront discutées ce vendredi 25 mars par le Conseil national d'orientation de la politique sanitaire animale et végétale (CNOPSAV). Enfin le ministère de l'AgricultureAgriculture va solliciter les autorités nationales et européennes compétentes pour « mieux comprendre l'origine des cas isolés chez les bovins jeunes ».