Mots-clés |
  • cerveau

Alzheimer, une maladie transmissible ?

La maladie d'Alzheimer est une maladie neurodégénérative fréquente qui n'est généralement pas considérée comme transmissible. Cependant, des chercheurs ont trouvé des signes de cette maladie dans le cerveau de jeunes patients ayant reçu une greffe de dure-mère (l'une des trois méninges) et qui sont décédés plus tard de la maladie de Creutzfeldt-Jakob. Explications.

Dans les cerveaux de patients souffrant de maladie d’Alzheimer se forment des plaques amyloïdes. De telles structures ont été retrouvées chez des patients ayant eu une greffe de dure-mère. © Naeblys Dans les cerveaux de patients souffrant de maladie d’Alzheimer se forment des plaques amyloïdes. De telles structures ont été retrouvées chez des patients ayant eu une greffe de dure-mère. © Naeblys

Alzheimer, une maladie transmissible ? - 1 Photo
cerveau-rouge

PDF

La maladie de Creutzfeldt-Jakob est une encéphalopathie caractérisée par la dégénérescence de l’encéphale qui apparaît spongiforme. Cette maladie peut être sporadique – avec environ un cas pour un million d’après l’OMS (Organisation mondiale de la santé) – ou transmissible par accident, via son agent causal (le prion). Ce dernier peut se transmettre de différentes façons :

  • lors d’une chirurgie (comme une greffe de dure-mère) ;
  • par l'utilisation d'hormones de croissance provenant d’hypophyse de patients décédés ;
  • par l’alimentation – par consommation de viande d'animaux contaminés par l’ESB (Encéphalopathie spongiforme bovine), la « maladie de la vache folle ».

La maladie d’Alzheimer se caractérise quant à elle par une démence progressive et, au niveau anatomique, par des plaques formées par les peptides bêta-amyloïdes. Or, des maladies neurodégénératives comme la maladie de Parkinson, la maladie d’Alzheimer et les maladies à prions présentent des similarités : dans toutes ces maladies, des protéines s’agglutinent et recrutent d’autres monomères pour former des agrégats. Ce phénomène est la base du caractère infectieux des prions. Mais dans quelle mesure le peptide bêta-amyloïde de la maladie d’Alzheimer pourrait-il se comporter comme un prion ?

Dans des travaux récents parus en 2015 dans Nature, une équipe de recherche avait déjà suspecté la maladie d'Alzheimer d'être transmissible dans certaines circonstances. En effet, des structures typiques de la maladie d’Alzheimer avaient été observées chez des personnes qui avaient eu une maladie de Creutzfeldt-Jakob suite à un traitement avec une hormone de croissance provenant de glandes de cadavres. Ces chercheurs avaient donc déjà émis l’hypothèse d’une possible transmission des amyloïdes.

Dans ce cerveau Alzheimer, les plaques bêta-amyloïdes ont été colorées en marron.
Dans ce cerveau d'un patient atteint de la maladie d'Alzheimer, les plaques bêta-amyloïdes ont été colorées en marron. © University Hospital Zurich

Des plaques amyloïdes dans les cerveaux de patients greffés jeunes

C’est pourquoi des scientifiques des universités de Zurich (en Suisse) et de Vienne (en Autriche) ont voulu étudier les cerveaux de patients ayant eu une greffe de dure-mère (une membrane qui entoure le cerveau et la moelle épinière). Malheureusement, comme certains donneurs de dure-mère étaient infectés par des prions, la greffe a transmis cette maladie fatale aux receveurs. Les résultats paraissent dans la revue Swiss Medical Weekly.

Les chercheurs ont utilisé des techniques d’immunohistochimie pour détecter les plaques amyloïdes dans les cerveaux de sept patients âgés de 28 à 63 ans, tous décédés d’une maladie de Creutzfeldt-Jakob après avoir eu une greffe de dure-mère entre 11 et 25 ans avant leur décès. Les chercheurs ont aussi examiné les cerveaux de personnes qui avaient eu une maladie de Creutzfeldt-Jakob sporadique, pour comparer avec les patients greffés.

Ils ont trouvé des plaques amyloïdes chez cinq des sept patients greffés. Ces plaques étaient détectées de manière bien plus fréquente par rapport à ceux qui n’avaient pas eu de greffe de dure-mère. Or, les plaques amyloïdes sont plutôt rares chez les sujets jeunes ; elles pourraient donc avoir été provoquées par la greffe.

Un des objectifs de cet article est d'alerter contre le risque de transmission de la maladie neurodégénérative par une greffe. Cependant, d’autres explications sont aussi possibles : un traumatisme crânien ou la maladie ayant nécessité la greffe de dure-mère auraient très bien pu contribuer à la formation de plaques amyloïdes.

À découvrir en vidéo autour de ce sujet :


Grâce à une méthode ingénieuse baptisée Clarity, une équipe de recherche a créé un cerveau transparent. En marquant les différentes molécules de cet organe avec des anticorps fluorescents, les auteurs ont pu observer ce qui s’y cache.


À voir aussi sur Internet

Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires