Santé

Un spina bifida opéré in utero en France

ActualitéClassé sous :médecine , Spina bifida , chirurgie in utero

Atteint d'un spina bifida, un fœtus a été opéré dans le ventre de sa mère, au cours du cinquième mois de grossesse par des médecins de l'AP-HP. On vient d'apprendre que le petit est né par césarienne, le 9 novembre. C'est une première en France et « un grand pas » pour les enfants touchés par cette malformation.

La chirurgie fœtale est encore une discipline médicale très récente. © Phovoir

Pratiquée depuis des années aux États-Unis, l'intervention chirurgicale consistant à « recouvrir la moelle épinière exposée par une suture » a été réalisée pour la première fois en France, cet été. En effet, le spina bifida dont souffrait ce fœtus correspond à une ouverture anormale de plusieurs vertèbres au niveau du dos du bébé. Il s'agit de la malformation la plus fréquente du système nerveux central concernant en moyenne une grossesse sur 1.000.

Réalisée chez une future maman au terme du cinquième mois de grossesse, l'opération a été un succès. Dans les 10 jours qui ont suivi -- et sous étroite surveillance médicale --, « une normalisation des anomalies cérébrales préexistantes provoquées par la malformation a été constatée ». La jeune femme a ensuite accouché par césarienne à 8 mois de grossesse, le 9 novembre 2014. « Le bébé ainsi que la maman sont en parfaite santé », se félicite l'équipe de l'AP-HP.

Dans plus de 90 % des cas, cette malformation est diagnostiquée avant la naissance par échographie. Dans ces cas, « l'exposition de la moelle et des racines conduit à des lésions irréversibles qui peuvent entraîner une anomalie motrice au niveau des jambes pouvant en particulier compromettre l'acquisition de la marche et une anomalie de contrôle des sphincters », expliquent les médecins.

Le spina bifida est causé par une fermeture incomplète du tube neural pendant le développement de l’embryon. Certaines vertèbres mal formées restent ouvertes. Une partie de la moelle épinière peut alors sortir de la colonne vertébrale. © Domaine public

Le spina bifida est causé par une fermeture incomplète du tube neural pendant le développement de l’embryon. Certaines vertèbres mal formées restent ouvertes. Une partie de la moelle épinière peut alors sortir de la colonne vertébrale. © Domaine public

Une intervention in utero protège le bébé

De plus, par le biais d'une fuite du liquide céphalorachidien« cette malformation a des conséquences sur le cerveau fœtal dont la partie postérieure s'affaisse progressivement en cours de grossesse. Les répercussions cérébrales peuvent alors compromettre le développement des acquisitions des enfants ». Or, « de nombreux travaux ont montré que la réparation prénatale de cette malformation réalisée vers 5 mois de grossesse permettait de réduire le handicap de ces enfants en protégeant la moelle, ce qui améliore la commande motrice des jambes », indique le professeur Jean-Marie Jouannic de l'hôpital Armand Trousseau-AP-HP.

« Cette opération consiste à recouvrir la moelle épinière extériorisée en réparant par une suture l'enveloppe qui normalement la recouvre, puis à suturer ensuite la peau du bébé, détaille-t-il. Comparativement à une prise en charge après la naissance, les bénéfices sont plus importants. Cette réparation permet de stopper la fuite du liquide céphalorachidien. Le cerveau étant ainsi protégé, le développement intellectuel des enfants est amélioré. »

Cependant, cette intervention n'est pas sans risque. Elle expose à un accouchement prématuré et impose une césarienne. Toutefois, « cette première est un grand pas pour les enfants atteints de spina bifida et leurs mamans. Elle permet d'ouvrir la voie à une meilleure prise en charge et d'améliorer par la suite le développement moteur et intellectuel de ces enfants », conclut le professeur Jouannic.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi