Les hologrammes se font une place dans les hôpitaux. © immimagery, Adobe Stock
Santé

Inédit : ces médecins ont soigné une patient... virtuel !

ActualitéClassé sous :médecine , Réalité virtuelle , hologramme

La pandémie de Covid-19 a forcé les hôpitaux à adapter leur enseignement. C'est ainsi que le premier patient en hologramme s'est fait une place dans un hôpital universitaire de Cambridge.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] IKIN façonne l'avenir de la technologie holographique  IKIN a pour mission d'étudier, de développer et de stimuler en permanence la technologie pour améliorer l'expérience humaine. 

La salle d'opération n'est pas dans le monde réel. Le patient non plus. Pour la première fois, des étudiants en médecine de l'hôpital universitaire Addenbrooke de Cambridge ont pu s'entraîner à soigner un patient virtuel, en hologramme. Équipés d'un casque virtuel sur la tête doté de l'application de formation en réalité mixte (Microsoft HoloLens), les étudiants suivent un scénario médical conçu par l'université de Cambridge. Le premier module se concentre sur le soin des maladies respiratoires les plus fréquentes et la gestion des urgences.

Des médecins autour du patient holographique. © NHS CUH

La séance virtuelle vécue par Aniket Bharadwaj à l'hôpital universitaire de Cambridge. © NHS CUH

Un patient virtuel au service de la médecine

L'application HoloScenario permet de recréer un environnement médical réaliste où les médecins prennent des décisions en temps réel concernant la prise en charge et le traitement du patient holographique. Les formateurs peuvent adapter la réponse du patient, ajouter des complications ou enregistrer les échanges entre les médecins pour les étudier après la simulation. 

Aniket Bharadwaj, l'un des premiers médecins en formation à avoir utilisé ce dispositif, raconte : « Tout au long du cursus à l'école de médecine, nous avions des mises en situation où des acteurs intervenaient en tant que patients. Avec la pandémie, tout cela s'est changé en interactions basées sur les tablettes en raison du risque que représentait le virus. Avoir un patient hologramme que l'on peut voir, entendre et avec lequel on peut interagir est vraiment excitant et fera vraiment une différence dans l'apprentissage des élèves ».

Les premiers modules virtuels de soin concernent le traitement de l'asthme, l'anaphylaxie, l'embolie pulmonaire et la pneumonie. D'autres modules sont à venir dans le domaine de la cardiologie et la neurologie.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !