Seuls les masques dits FFP2 semblent à même de protéger à la fois contre le coronavirus et les fumées de feux de forêt. © Mizkit, Adobe Stock
Santé

Incendies en France : les masques anti-Covid protègent-ils de la fumée ?

ActualitéClassé sous :médecine , Coronavirus , particules fines

[EN VIDÉO] Un dispositif pour tester l'efficacité des masques  Des chercheurs ont mis au point un dispositif simple et peu coûteux afin de tester l'efficacité des masques sur la rétention des gouttelettes. 

Alors que de plus en plus de travaux établissent un lien entre formes graves de Covid-19 et feux de forêt, les experts américains mettent en garde : de simples masques en tissu ne suffisent pas à se protéger. Au moins des conséquences néfastes pour la santé de l'inhalation des particules présentes dans les fumées issues de ces incendies.

De légères irritations de la gorge jusqu'à de graves problèmes respiratoires ou cardiaques. Cela pourrait bien ressembler à la description des symptômes de la Covid-19. Mais cela ressemble aussi à celle des conséquences possibles d'une exposition à la fumée dégagée par les feux de forêt. Mais attention, si les symptômes se rejoignent, les moyens de se protéger peuvent différer. Les Centers for Disease Control and Prevention américains, par exemple - largement concernés actuellement encore par la problématique des feux de forêt -, préviennent : les masques en tissu destinés à ralentir la propagation du coronavirus ne protègent que peu contre les particules de fumée.

C'est parce que les particules de fumée sont extrêmement fines. Les scientifiques parlent de PM2.5. Cela signifie que leur diamètre est inférieur à 2,5 micromètres. Seuls les masques dits FFP2 et leur maillage très fin offrent une protection appropriée. À la fois contre les feux de forêt et contre le coronavirus.

Un problème sanitaire peut en cacher un autre

Les experts rappellent toutefois que la meilleure protection - là encore, contre les fumées des feux de forêt tout comme contre le coronavirus -, c'est d'éviter les expositions. En cas d'incendie relativement proche, il est ainsi conseillé de ne pas attendre de sentir les fumées pour limiter son activité physique en extérieur. En cas d'alerte à la qualité de l'air, mieux vaut éviter tout ce qui demandera de profondes respirations. À la maison, portes et fenêtres doivent au maximum rester fermées.

Et ce d'autant qu'une récente étude montre que des milliers de cas graves et de décès de la Covid-19 en Californie, en Oregon et à Washington, entre mars et décembre 2020, pourraient être attribuables à l'augmentation de la pollution atmosphérique due aux particules fines provenant des fumées des incendies de forêt. « Cette étude fournit aux décideurs politiques des informations clés sur la façon dont une crise mondiale - le changement climatique qui augmente la fréquence et la violence des feux de forêt - peut avoir des effets en cascade sur des crises mondiales simultanées - dans ce cas, la pandémie de Covid-19 », conclut Francesca Dominici, chercheur à l'université de Harvard, dans un communiqué.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !