Mousson et températures élevées ont facilité la propagation des cas de dengue au Pakistan. Près de 12.000 cas recensés, et 126 décès ont déjà été déclarés. Le point sur la situation.
Cela vous intéressera aussi

Le Pakistan est en proie à une épidémie de dengue d'une ampleur inédite qui a déjà tué 126 personnes en moins d'un mois, touchant au total près de 12.000 personnes, principalement dans l'est du pays, ont indiqué jeudi les autorités locales.

Les pluies prolongées de la moussonmousson et des températures anormalement hautes pour la saisonsaison expliquent selon elles la rapide propagation de cette maladie tropicale, dans un pays déjà ensanglanté par les combats entre l'armée et les islamistes et handicapé par des inondationsinondations récurrentes.

Sur les 11.584 cas de denguedengue recensés à ce jour au Pakistan, 10.244 ont été localisés dans la région de Lahore, capitale culturelle et principale ville de l'est, ont indiqué les autorités provinciales. Au moins 130 personnes auraient contracté la maladie dans la province de Khyber Paktunkhwa (nord-ouest), et 400 dans celle du Sind (sud), selon ces sources.

À Lahore, les hôpitaux étaient débordés par l'afflux de malades, conduisant les autorités sanitaires à dresser des tentes autour pour les accueillir, selon un membre des services de santé locaux. Plus de 1.100 malades de la dengue y étaient soignés jeudi dernier, et plus de 10.000 avaient été renvoyés chez eux pour se reposer, a-t-il ajouté. Des équipes envoyées par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Sri Lanka se trouvaient sur place en renfortrenfort.

La dengue fait partie des maladies tropicales transmises par des moustiques. © Wikipédia Commons

La dengue fait partie des maladies tropicales transmises par des moustiques. © Wikipédia Commons

Toujours pas de vaccin contre la dengue

Aucun vaccin n'existe pour cette maladie transmise par des moustiques, conduisant en général les autorités concernées à privilégier la préventionprévention.

« Cette épidémieépidémie est devenue une calamité », explique à l'AFP Saad Azeem, un policier de 45 ans, qui a récemment vu son père de 79 ans succomber à la maladie.

Sur place, les habitants critiquaient l'inefficacité du gouvernement, incapable selon eux de mettre fin aux coupures de courant et de prendre des mesures pour limiter la prolifération des moustiques porteurs de la maladie. Si celle-ci entraîne le plus souvent de la fièvrefièvre et des douleursdouleurs musculaires et articulaires, elle peut tuer en provoquant des hémorragies et brusques chutes de tension. La dengue touche chaque année dans le monde entre 50 et 100 millions d'habitants des zones tropicales et subtropicales.